"Offrir aux patients un panel de traitements plus large contre le cancer"

On pourra bientôt administrer à des patients souffrant d’un cancer des traitements qui ne sont pas spécifiques à leur type de cancer mais qui pourraient leur venir en aide. Dans cette optique, les hôpitaux universitaires vont travailler main dans la main avec des entreprises pharmaceutiques. L’information est révélée par le quotidien Het Laatste Nieuws et a été confirmée à la VRT.
Cedric Hatto

Il s'agit plus précisément de donner accès aux patients à des traitements autres que ceux de référence, qui sont enregistrés pour traiter leur type de cancer en particulier.

A l'heure actuelle, la loi prévoit que les patients souffrant d'un cancer peuvent uniquement prendre des médicaments enregistrés pour leur type de cancer spécifique. Mais chez certains patients aucun des médicaments prévus n’a d’effet alors qu’un médicament enregistré pour un autre type de cancer pourrait avoir un effet bénéfique.

La Belgian Society of Medical Oncology (Société belge d'oncologie médicale) souhaite faire collaborer les hôpitaux universitaires et l'industrie pharmaceutique.

Cela signifie concrètement qu’à l’avenir, dans le cadre de recherches, des patients pourront recevoir des médicaments qui ne sont pas enregistrés pour traiter leur type de cancer. La Belgique est l’un des seuls pays a rendre une telle chose possible.

"Ce ne sera plus le type de cancer mais bien la sorte de mutation que subissent des cellules cancéreuses qui déterminera le choix du traitement" a déclaré le Prof. Jacques De Grève, président de la Belgian Society of Medical Oncology. "Ainsi, les patients pourront bénéficier d'un panel de traitements plus large. Cela peut sauver des vies et améliorer sensiblement la qualité de vie des patients" a-t-il ajouté.