La Belgique, un havre sûr pour les homosexuels et les transgenres

Le statut juridique et social des homosexuels, lesbiennes, bisexuels et transgenres (LGBT) en Belgique est parmi les meilleurs d’Europe. C’est ce qui ressort d’une étude comparative menée par l’Université de Gand (UGent) à la demande des autorités néerlandaises. Fait marquant : la législation et la politique de notre pays sont plus progressistes que les attitudes de la population.
© Lehtikuva / Reporters

Durant plusieurs mois, une équipe de l’Université gantoise a cherché à savoir comment les personnes homosexuelles, lesbiennes, bisexuelles et transgenres vivaient dans différents pays européens. Le résultat a pris la forme d’un index regroupant les scores de 24 pays. Plus le score est haut, plus la situation juridique et sociétale des personnes LGBT est bonne.

Sans grande surprise, la Suède arrive première au classement, avec 86%. Viennent ensuite le Royaume Uni (85%) et les Pays-Bas (84%), suivis de près par la Belgique, qui obtient 82%. Notre pays arrive toutefois à la 3ème place en ce qui concerne le statut des personnes transgenres.

Parmi les plus mauvais élèves, on retrouve la Lituanie (31%) qui partage le même score que Chypre et la Roumanie. La Bulgarie arrive dernière avec 26%.

Différence Nord-Sud

"La 4e place de la Belgique est une chose positive", estime le professeur Alexis Dewaele de l’UGent. "Depuis 1999, les autorités se sont clairement profilées vers des lois en faveur de l’euthanasie et du mariage gay. De grands pas ont depuis été faits au niveau de l’égalité juridique des LGBT", souligne-t-il.

D’après l’étude de l’Université de Gand, les attitudes de la population belge envers les personnes homosexuelles, lesbiennes, bisexuelles et transgenres sont toutefois moins progressistes que la législation et la politique menées par les autorités.

"La différence entre le Nord et le Sud du pays joue probablement un rôle dans ce constat", indique Alexis Dewaele. "La Flandre possède des associations fortes rassemblées sous la coupole Çavaria, une situation proche de la tradition progressiste des Pays-Bas. Du côté francophone du pays, la structure des organisations est plus faible, et la situation socio-économique est moins bonne, surtout dans les villes. Cela a sans doute un impact sur les attitudes".