Barman n’est plus un métier en pénurie en Flandre

Bonne nouvelle pour le secteur de l’Horeca flamand : le manque criant de barmen est résorbé. C’est en tous cas ce qui ressort de la nouvelle liste des professions en pénurie établie par l’office flamand pour l’emploi VDAB. Le manque de personnel technique qualifié augmente par contre en Flandre, malgré les efforts réalisés dans l’enseignement.
ImageGlobe

La liste des professions en pénurie - celles pour lesquelles il est difficile de trouver du personnel qualifié en suffisance - comprend encore toujours avant tout des profils techniques. "Encore davantage que par le passé, il devient difficile de trouver des techniciens très qualifiés", précise l’office flamand pour l’emploi VDAB.

"Plus de la moitié des dix premiers métiers à pénurie figurant sur la liste appartiennent à cette catégorie : il s’agit de chef de chantier ou de contrôleur dans la construction jusqu’à chef de production industrielle. Pour des profils comme maçon ou mécanicien d’entretien, il devient également plus difficile de trouver du personnel adéquat".

Le problème ne fait que croître parce que de moins en moins de jeunes optent pour une formation technique et parce qu’un nombre toujours plus important de personnes ayant atteint l’âge de la pension doivent être remplacées.

Pour les professions qui ne sont pas à première vue spécifiquement techniques - comme employé commercial ou employé technico-administratif, l’absence de compétences techniques semble être un frein à l’embauche.

D’autres métiers "classiques" restent sur la liste des professions en pénurie. Ils s’agit de métiers du secteur des soins de santé, de spécialistes des technologies de l’information et la communication (TIC), ou de conducteurs de poids lourds. Les boulangers, bouchers et coiffeurs se raréfient également.

La cause d’une pénurie dans un certain secteur n’est cependant pas toujours le manque de candidats. Parfois ce sont les conditions spécifiques de travail qui attirent peu de candidats, ou l’absence de compétences spécifiques qui manquent à la plupart des candidats, précise encore le VDAB.

AUBERT / BSIP