Six communes flamandes refusent d’arborer le drapeau gay

Bever, Drogenbos, Kortenberg, Kraainem, Linkebeek et Wezembeek-Oppem ont refusé de déployer ce 17 mai le célèbre drapeau arc-en-ciel en cette Journée internationale contre l’homophobie et la transphobie. Cette année, 314 communes flamandes et bruxelloises participent à l’action.
BELGA/VIDAL

"Nous déplorons le fait que certaines communes refusent de déployer le drapeau arc-en-ciel", a déclaré Jeroen Borghs, porte-parole de çavaria, l’organisation flamande de défense des intérêts des homosexuels et transsexuels. "Il s’agit en outre des mêmes communes que l’année dernière", souligne-t-il.

Des raisons diverses

"La sexualité relève de la vie privé", se défend Frédéric Petit, bourgmestre de Wezembeek-Oppem. "Il ne revient pas à la commune de la promouvoir", souligne-t-il.

A Drogenbos, le secrétaire de l’aministration Lobke Dubois, explique que la commune désire maintenir sa neutralité.

"La raison pour laquelle nous ne participons pas est simple", souligne de son côté le bourgmestre de Kortenberg, Chris Taes. "Nous n’arborons jamais de drapeau, quel que soit la journée nationale ou internationale".

Même topo du côté de Linkebeek : "Nous ne sommes pas en faveur de l’affichage de drapeaux, car nous devrions alors le faire chaque jour pour une autre action", indiqué la secrétaire de l’administration Veerle De Brael.

"Nous ne voulons pas créer de précédent", a pour sa part argumenté Myriam Vernimmen, collaboratrice de la commune de Kraainem.

Notons que la secrétaire de l’administration de Bever n’a pas souhaité réagir, alors que le bourgmestre Luc Deneyer n’était pas disponible pour commenter.