Un Belge à bord de l’avion d’EgyptAir disparu

Le ministre des Affaires Etrangères Didier Reynders (MR) a confirmé ce jeudi matin la présence d’un ressortissant belge à bord du vol MS804 d’EgyptAir qui reliait Paris au Caire et qui a disparu des écrans radars dans la nuit de mercredi à jeudi. Il s’agit d’un Flamand de 56 ans. "Nous avons pu prendre contact avec son épouse", a indiqué jeudi matin le ministre, sans divulguer davantage d’informations. L’avion transportait 66 personnes. En fin de journée, le ministre égyptien de l'Aviation estimait que la thèse d'un attentat est plus "vraisemblable" que celle d'un défaut technique.

L’Airbus A320 de la compagnie égyptienne EgyptAir avait décollé de l’aéroport Charles de Gaulle à Paris peu après 23h, mercredi soir. Il se trouvait à 37.000 pieds d’altitude au-dessus de la Méditerranée et était entré dans l’espace aérien égyptien quand il a disparu des radars, jeudi vers 2h45 heure locale. L’atterrissage était prévu au Caire à 3h15, heure locale.

Au moment où l'appareil a disparu des radars, il se trouvait entre l'île de Crête et la côte égyptienne, a annoncé la radio publique grecque. D’après l’agence de presse française, l’avion se serait écrasé au large de l'île grecque de Karpathos, dans le sud-est de la mer Egée, a indiqué à l'AFP une source de l'aviation civile grecque.

"Vers 0h29 GMT (03H29 locales), alors qu'il se trouvait dans l'espace aérien égyptien, l'avion a disparu des radars grecs (...) il s'est écrasé à environ 130 milles de l'île de Karpathos", située entre Rhodes et la Crète, a indiqué cette source à l'AFP. Selon l'aviation civile grecque, "il n'y a pas eu de signal de détresse de l'avion".

Les forces armées grecques ont aussitôt dépêché "à 130 milles de Karpathos une frégate de la marine de guerre, un avion C-130 et un avion militaire EMB-145H qui participent aux recherches", a indiqué un communiqué du ministère grec de la Défense. "Deux autres hélicoptères Super Puma sont à Karpathos et sont aussi prêts à participer à ces recherches", a ajouté ce communiqué.

En fin de journée, l'armée grecque annonçait que des débris ont été retrouvés en Mer Méditerranée, qui pourraient appartenir à l'avion d'EgyptAir qui s'est probablement écrasé.

Un Belge parmi les passagers

L’appareil vieux de 13 ans transportait 66 personnes à son bord. Trente Egyptiens, quinze Français, un Britannique, un Canadien, un Portugais, un Algérien, un Soudanais, un Tchadien, deux Irakiens, un Saoudien et un Koweïtien étaient montés à bord de l'appareil. Ainsi qu’un Belge, comme l’a confirmé ce jeudi matin le ministre des Affaires Etrangères Didier Reynders (photo).

Le ministre a confirmé avoir reçu l'information de la part d'EgyptAir de la présence d'un Belge et avoir pris contact avec son épouse. "Nous n'avons pas non plus de précisions sur les circonstances de cette disparition même si l'issue semble malheureuse", a ajouté le ministre sur base des dernières informations parues dans les médias.

Plus tard dans la journée, on apprenait que la victime belge est un homme de 56 ans, originaire de Watervliet, près de Sint-Laureins en Flandre orientale. Il était directeur financier régional pour un groupe logistique. La commune ouvrira lundi un registre de condoléances.