Les stations belges toujours très sollicitées par les Français

Selon la Fédération belge des négociants en combustibles et carburants (Brafco), le débit est multiplié par six voire sept dans les stations de carburants belges longeant la frontière française, du Hainaut jusqu'à la côte, à la suite de la pénurie de carburant en France.

Le blocage de raffineries et de dépôts de carburants par des manifestants opposés à la loi Travail en France provoque, depuis plus bientôt deux semaines, des pénuries de carburant dans les stations du Nord et de l'Ouest de la France.

L'Etat français a commencé il y a deux jours à puiser dans ses réserves stratégiques.

"Nous pensons que la situation va perdurer. Des raffineries françaises sont à l'arrêt et il faut savoir qu'un minimum de quatre jours est nécessaire pour relancer une production", a indiqué Olivier Neyrinck, porte-parole de la Brafco.

"Côté belge, il n'y a aucune inquiétude à avoir au niveau de l'approvisionnement. Nos raffineries Esso à Anvers et Total à Feluy tournent à plein régime. Les stocks sont optimaux et la distribution est également optimale en sachant que, sur le plan logistique, les transporteurs mettent la priorité sur l'approvisionnement des stations, le demande en mazout de chauffage étant moindre en cette période de l'année."

Ce mercredi le quotidien français "La Voix du Nord" annonçait toutefois que la pénurie de carburant gagnerait les stations belges proches de la frontière française, notamment dans les régions de Tournai, Mons et Péruwelz. Le journal se base sur le site Carbu.com.