Le plan de répartition des réfugiés devenu inutile ?

Le flot des nouveaux arrivants en Belgique ayant nettement diminué ces dernières semaines, le Secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration (photo principale) annonce qu’il proposera au gouvernement fédéral un plan de réduction des capacités d’accueil des demandeurs d’asile. Tout en souhaitant conserver une capacité "tampon" pour pouvoir faire face à l’imprévu. Selon Theo Francken (N-VA), le plan de répartition des réfugiés sur l’ensemble des communes - élaboré à la suite de l’arrivée en masse de réfugiés, l’an dernier - ne doit plus être activé.

"Nous passons d'un record au plus haut vers le plus bas", a expliqué Theo Francken dans une interview publiée ce jeudi par le quotidien Het Laatste Nieuws et au micro de la VRT-radio.

Le nombre de nouveaux arrivants au sein du réseau d'accueil des demandeurs d’asile est désormais inférieur au nombre de départs, a ajouté le Secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration. Il a indiqué qu'il proposerait à ses collègues du gouvernement fédéral un plan de réduction du nombre de places, étant donné que 5.000 des 34.000 d'entre elles existant en Belgique sont actuellement vides.

Le Secrétaire d'Etat se veut toutefois prudent à l'approche de l'été, qui pourrait entraîner une nouvelle hausse des arrivées de migrants, et prévoit de conserver une capacité "tampon" de 6.000 à 8.000 places disponibles, en cas d'afflux de réfugiés au cours d'une période de deux mois.

Theo Francken a néanmoins appelé les autorités locales, comme les centres publics d’aide sociale (CPAS), à respecter les engagements pris en matière de répartition des demandeurs d'asile entre les communes, en dépit du fait que le plan de répartition n'ait pas encore été activé en raison de la baisse significative du nombre de réfugiés arrivés en Belgique ces dernières semaines. Francken leur demande aussi de créer suffisamment de places d'accueil.

BELGA/LAMBERT