Le Bureau du Plan chiffrera les programmes électoraux

Conformément à la loi du 22 mai 2014, le Bureau du Plan va démarrer des travaux préliminaires au chiffrage des programmes électoraux, a indiqué ce vendredi le ministre fédéral de l’Economie Kris Peeters, à l’issue du conseil des ministres. Les partis politiques doivent en effet faire procéder au chiffrage de leur liste de priorités.

Chaque parti politique représenté à la Chambre ou dans un Parlement régional ou de Communauté "doit" désormais faire procéder au chiffrage de sa liste de priorités. Une liste de priorités est un document dans lequel un parti politique indique quelles sont pour lui les propositions politiques du programme électoral qu'il convient de réaliser par priorité.

Les partis politiques qui ne sont pas représentés à la Chambre ou dans un Parlement régional ou de Communauté "peuvent" également faire procéder au chiffrage de leurs listes de priorités.

Si l'on considère la situation en 2014, le Bureau du Plan devrait chiffrer entre 20 et 68 programmes électoraux. La mission comprend un calcul, à court et moyen terme, des conséquences de propositions politiques pour les finances publiques, pour le pouvoir d'achat et l'emploi des divers groupes de revenus, pour la sécurité sociale, pour l'environnement et la mobilité.

Le Bureau fédéral du Plan se prépare à cette mission en recrutant des collaborateurs: des mathématiciens, des économistes et des analystes de données. Il sera, cette année encore, octroyé au Bureau fédéral du Plan un crédit complémentaire de 345.000 euros. Il sera examiné dans quelle mesure le Bureau du Plan peut faire appel à l'expertise existante des universités et des centres d'excellence.

Une polémique était née avant les élections de 2014 autour du programme de réforme fiscale du MR, qui avait donné lieu à des interprétations chiffrées fort divergentes.