Les Pays-Bas conseillent le F-35 à la Belgique

Le commandant de la force aérienne néerlandaise, le général Alexander Schnitger, s’est invité ce vendredi dans le débat de la succession des avions de combat F-16 belges en plaidant, auprès de la VRT, en faveur de l’achat par la Belgique du même type d’avion de combat que les Pays-Bas, à savoir le F-35 (photo) du constructeur américain Lockheed Martin, controversé notamment pour son coût très élevé. Selon Schnitger, il s’agit de créer à terme une seule force aérienne pour les deux pays voisins.

"Je vois d'importants avantages à la coopération (militaire) entre nos pays", a déclaré le général Alexander Schnitger à la chaîne publique flamande VRT, en faisant allusion aux missions menées en commun en Irak - et bientôt en Syrie pour les Belges - ou la défense commune de l'espace aérien du Benelux. "Pourquoi ne pas faire tout simplement de deux relativement petites forces aériennes une seule grande".

"De ma perspective cela aiderait naturellement beaucoup si nous choisissions finalement le même type d'avion de chasse car cela facilite l'intégration", a poursuivi le général en marge du déploiement sur la base aérienne de Leeuwarden (nord-ouest des Pays-Bas) des deux premiers F-35 néerlandais pour une durée de trois semaines. "Le choix par le gouvernement belge du F-35 rendrait la coopération à l'avenir beaucoup plus facile à approfondir, avec toutes sortes d'avantages en matière de coûts et d'opérationnalité, et pour la contribution des deux pays à l'Otan", a encore dit l'officier néerlandais.

Son homologue belge, le général-major Frederik Vansina, a indiqué "prendre note" de l'opinion exprimée par le chef d'état-major néerlandais. Les Pays-Bas ont opté pour le F-35 Lightning II de Lockheed Martin pour remplacer leurs F-16 du même constructeur à partir de 2019, un achat chiffré à près de cinq milliards d'euros pour une commande initiale de 37 appareils.

Encore cinq candidats en Belgique

En Belgique, le gouvernement a donné en décembre dernier son aval à l'achat de 34 nouveaux chasseurs-bombardiers à acquérir en principe au printemps 2018 pour un montant de 3,573 milliards d'euros pour remplacer les F-16 (photo), dont les plus anciens sont entrés en service à partir du début des années 1980.

Cinq candidats sont en lice: le chasseur furtif F-35, le Boeing F/A-18, le Rafale F3 de l'avionneur français Dassault, l'Eurofighter du consortium européen éponyme et le JAS 39 Gripen E du Suédois Saab (photo archives).

Le JSF est le programme d'armement le plus cher jamais entrepris par le Pentagone. Un budget de 398,6 milliards de dollars (355,26 milliards d'euros) a été prévu pour la construction de 2.443 appareils. Une douzaine de pays ont participé au programme JSF. Le Royaume-Uni, qui doit acquérir 138 avions, est le partenaire le plus important des Etats-Unis dans ce projet.

Le dernier client en date de ce chasseur furtif est le Danemark - un pays membre du programme "Joint Strike Fighter" (JSF) depuis l'origine. Son Premier ministre Lars Loekke Rasmussen a recommandé le 12 mai l'achat de 27 exemplaires pour un montant de quelque 20 milliards de couronnes danoises (soit 2,7 milliards d'euros).

AP1999