La Flandre mesure les dégâts après les intempéries

Le ministre-président Geert Bourgeois (N-VA) va faire vérifier si les communes flamandes qui ont été touchées ces derniers jours par des pluies anormalement abondantes peuvent être reconnues comme ayant souffert d’une catastrophe naturelle. Elles pourraient alors bénéficier du fonds régional des calamités. Les spécialistes estiment en tous cas que les pluies de ces derniers jours sont très exceptionnelles. La commune de Roulers a été l’une des plus touchées.

Le ministre-président Geert Bourgeois (photo) va charger l’Institut royal de Météorologie et la Société flamande pour l’environnement (VMM) d’analyser si les intempéries de ces derniers jours peuvent être considérées officiellement comme des catastrophes naturelles.

Pour que cette reconnaissance officielle soit allouée, il faut qu’il soit tombé 30 litres d’eau par mètre carré en une heure de temps, ou 60 litres d’eau par mètre carré en 24 heures. Les communes flamandes qui ont souffert des intempéries et pensent entrer en ligne de compte pour des subsides peuvent introduire une demande auprès du Fonds flamand des calamités.

"Autant de pluie une fois tous les 150 ans"

A Roulers (Flandre occidentale), quelque 92,5 mm de pluie sont tombés en 24 heures, soit l'équivalent d'un mois et de demi de pluie, indiquait ce mardi l'Institut royal météorologique (IRM). Depuis l'ouverture de la station de Roulers en 1951, cette valeur n'a été dépassée qu'à une seule reprise, le 3 juillet 2005 avec 112,8 mm.

D'autres stations ont aussi connu des totaux remarquables, notamment Wingene avec 90,3 mm et Zomergem avec 81,4 mm. En province d'Anvers, la valeur la plus élevée de 66,9 mm a été observée dans la station située au port d'Anvers.

La province de Flandre occidentale ainsi que le Hainaut occidental ont été fortement touchés par les pluies diluviennes. A Roulers - la zone la plus touchée par les intempéries -, les pompiers ont reçu entre 1.200 et 1.300 appels. Le plan catastrophe, toujours d'application mardi matin, a été déclenché par le bourgmestre.

Le plan catastrophe a aussi été déclenché mardi matin à Moorslede (Flandre occidentale), où plusieurs maisons ont été inondées dans une rue de Dadizele (voir vidéo ci-dessous). Dans la région d'Ypres, les problèmes se situent dans le village de Vlamertinge, où le ruisseau Kemmelbeek a débordé. Les pompiers y ont évacué des milliers de litres d'eau. Enfin, à Menin, plusieurs maisons ont été inondées.

En Wallonie, c'est notamment le village de Vezon, près de Tournai, qui a été touché par de graves inondations. A la station de l'IRM de Vezon, on a observé 49, 8 mm durant les 24 dernières heures, ce qui équivaut aux 2/3 des précipitations qui tombent en moyenne sur un mois de mai, précise l'IRM. De nombreuses maisons et caves ont été inondées en Wallonie picarde.