Peu de trains roulent en Wallonie, nettement plus en Flandre

Les actions menées depuis une semaine par le syndicat socialiste francophone du rail se poursuivent ce mercredi encore. En Wallonie, seuls 20 à 30% des trains circulent, alors qu’en Flandre entre 70 et 85% des liaisons sont assurées. Les sociétés régionales de transports en commun De Lijn et Stib roulent presque normalement. "L’heure de pointe du soir devrait être plus pénible", estime néanmoins le porte-parole d’Infrabel, Frédéric Petit.

En raison de la grève nationale et des manifestations organisées mardi en front commun par les syndicats des services publics, le trafic ferroviaire avait été très perturbé. Seule une moitié des trains circulaient ainsi mardi en Flandre, alors qu’ils étaient totalement à l’arrêt en Wallonie.

Le préavis de grève déposé par le syndicat socialiste du rail pour mercredi, jeudi et vendredi faisait à nouveau craindre le pire pour cette fin de semaine. Mais la CGSP a finalement retiré son préavis. Le trafic ferroviaire limité de ce mercredi est dû aux actions de grève sauvages qui perdurent en Wallonie depuis une semaine.

Pour éviter la suppression de trains et des retards sur la ligne Anvers-Bruxelles, la SNCB fait stopper à Bruxelles les trains qui continuent normalement jusqu’à Charleroi. De cette façon, elle évite que les trains ne restent coincés en Wallonie. "Pour l’instant, cela marche assez bien, et les problèmes restent limités sur cette ligne", estimait Dimitri Temmerman, porte-parole de la SNCB.

D’après l’agence Belga, quelque 17,35% des trains circulaient sur les principaux axes ferroviaires wallons mercredi à 8h, et 36,14% à 9h. C’est ce qu’indiquait un porte-parole d'Infrabel. La zone de Charleroi est particulièrement touchée. A 8h, aucun train n'a circulé sur les lignes Mons-Bruxelles, Namur-Bruxelles et Charleroi-Bruxelles. A 9h, la situation était similaire pour Mons-Bruxelles, tandis que 17% des trains circulaient entre Namur et Bruxelles et deux trains sur six du côté de Charleroi-Bruxelles (33%).

La circulation était de l'ordre de 50% à 8h entre Namur et Arlon et de 75% à 8h. Des trains ont aussi circulé sur la ligne Liège-Leuven-Bruxelles, précise Infrabel. En Flandre, 67,5% des trains roulaient à 8h et 85,3% une heure plus tard. La situation reste difficilement prévisible pour le reste de la journée.

Nicolas Lambert

Le trafic Thalys et TGV vers Bruxelles perturbé

L’action de grève menée depuis mardi soir de l’autre côté de la frontière par les cheminots français a des répercussions en Belgique pour les trains à grande vitesse. Ainsi, le TGV ne roule pas en Belgique ce mercredi. La liaison entre la France et Bruxelles est interrompue à Lille.

Quant au Thalys, quatre liaisons entre Paris et Bruxelles et quatre en sens inverse seront supprimées ce mercredi. Les Thalys assurant la liaison entre Lille et Amsterdam ne roulent qu’entre Bruxelles et Amsterdam. Le train "lowcost" Izy ne circule pas. La situation devrait rester inchangée jeudi.

Aucun problème n’est par contre escompté pour la circulation de l’Eurostar.

Transports en commun et embouteillages

Autrement qu’hier, les sociétés flamande et bruxelloise de transports en commun De Lijn et Stib assurent ce mercredi un service presque normal. C’est en tous cas ce qu’annonçaient les porte-paroles ce mercredi matin. Dans la majorité des provinces wallonnes, la circulation des bus est par contre perturbée.

Et puis, le trafic était dense ce mercredi matin vers la capitale depuis la Wallonie, constatait Touring Mobilis. Quelque 283 kilomètres de files étaient notés sur l'ensemble du pays à l'heure de pointe matinale. Touring Mobilis enregistrait notamment 50 minutes de ralentissements depuis Bierges vers Bruxelles.

Sur le ring extérieur de Bruxelles, les automobilistes perdaient trois quarts d'heure entre Braine-l'Alleud et Tervuren. Du côté du ring intérieur, plus d'une heure de ralentissements était enregistrée entre Nivelles-Sud et Beersel. Un accident était de plus survenu à hauteur de Hal, provoquant la fermeture de deux bandes de circulation. Touring s'attendait à environ 200 kilomètres de files lors de l'heure de pointe en soirée.