Un inspecteur de Malines dénonce : "Ma vie est devenue un calvaire"

Un inspecteur de la police de Malines (Anvers) a déposé plainte contre son chef de corps Yves Bogaerts (à gauche sur la photo) et le commissaire en chef. L’information a été confirmée à la VRT par l’avocat de l’intéressé. L’inspecteur affirme que son travail est devenu un calvaire.

L’inspecteur avait communiqué une information potentiellement cruciale à propos du neveu de Salah Abdeslam mais cette information n’avait pas été prise au sérieux par son chef de corps Yves Bogaerts.

Le tuyau, qui provenait de la commune de Molenbeek affirmait que le neveu de Salah Abdeslam, Abid Aberkan était en train de se radicaliser. cette information a été donnée peu après les attentats de Paris. Un rapport d’information a été dressé à propos d'Abid Aberkan. Mais ce rapport n’a jamais été introduit dans la banque de donnée générale de la police.

Le chef de corps Yves Bogaerts avait jugé l’information donnée par l’inspecteur de non fiable. Quelques mois plus tard Abdeslam était arrêté dans la maison d’Aberkan.

"Ce récit sur le tuyau autour d’Abdeslam ne constitue qu’une toute petite partie de l’histoire" déclare l’avocat. Il y a eu d’autres informations sur les attentats de Paris et de Bruxelles. Mon client est terrorisé psychologiquement depuis des années. Son transfert au service anti-terroriste fédéral a été annulé l’an dernier suite à un coup de téléphone de Malines. Il est donc en congé maladie depuis un an à la maison".

L'inspecteur se dit aussi menacé par des djihadistes depuis que l'information selon laquelle il a dressé ce rapport est sortie dans la presse fin mars. "J'ai peur, ma vie est devenue un calvaire. Je suis grillé parmi mes sources et mes collègues à la police me regardent de travers. J'ai toujours été fier de mon travail, mais le chef de corps m'a transformé en paria", explique-t-il dans le quotidien De Standaard.

L’inspecteur s'est constitué partie civile et a déposé plainte contre son chef de corps Yves Bogaerts et un commissaire en chef pour diffamation et harcèlement sur le lieu de travail. Il déposera également plainte auprès du Comité P.