L’Institut anversois enquête sur les fièvres tropicales

La cause d’une fièvre tropicale contractée pendant un voyage demeurant souvent inconnue, en raison du laps de temps qui s’écoule entre la maladie et la visite chez le médecin, l’Institut de médecine tropicale d‘Anvers (IMT, photo) a décidé de mener pendant 2 ans une étude à grande échelle sur des milliers de volontaires. Ils seront examinés avant, pendant et après leur voyage en Afrique, en Asie ou Amérique latine. Selon l’Institut, il s’agit d’une première mondiale.

Une étude précédente, déjà menée par l'IMT auprès de voyageurs malades après leur retour de voyage, avait montré que l'agent du paludisme était responsable dans environ 28% des cas de fièvre, suivi des virus transmis par les moustiques comme la dengue (environ 15%). Dans un quart des cas, la cause de la fièvre n'a pu être déterminée vu le temps qui s'était écoulé.

Afin d'avoir une meilleure vue d'ensemble, l’Institut anversois réputé dans le monde entier a décidé de suivre les voyageurs avant, pendant et après leur retour. L'Institut espère ainsi pouvoir suivre 4.000 volontaires d'ici au mois d'août 2018.

Concrètement, les participants devront remplir avant leur départ vers l'Afrique, l'Asie ou l'Amérique un questionnaire et effectuer une prise de sang. Un thermomètre leur sera également remis et ils apprendront aussi à effectuer une piqûre au doigt pour recueillir un échantillon de sang sur un papier-filtre.

Il est en effet particulièrement difficile de poser un diagnostic sans un instantané pris lors de la maladie dans sa phase aiguë. "Avec les nouvelles technologies, le petit papier-filtre peut aussi être examiné des semaines ou des mois après le retour quant à la présence de matériel génétique des agents pathogènes. Grâce à l'instantané pris au cours du voyage, nous pouvons alors établir avec davantage de certitude un diagnostic de dengue ou d'infection par le virus Zika par exemple", explique le docteur Ralph Huits, coordinateur de l'étude sur la fièvre.

L'Institut de Médecine Tropicale d’Anvers utilisera les résultats de l'étude pour affiner davantage ses conseils aux voyageurs.

La clinique du voyage

En 2015, quelque 17 085 voyageurs ont reçu, avant le départ, des conseils et des vaccinations de l'IMT, et 6 687 voyageurs se sont, à leur retour, présentés en consultation.

Un peu plus d'un tiers des voyageurs se sont ainsi présentés à l'Institut anversois, à leur retour, pour un check-up et n'avaient pas de problème de santé particulier.

Environ une personne sur quatre qui ont consulté a déclaré avoir de la fièvre lors de la consultation ou en avoir eu pendant le voyage.