La centrale électrique de Langerlo a trouvé un repreneur

Implantée aux environs de Genk, dans le Limbourg, la centrale à charbon de Langerlo (photo) revendue par le groupe allemand E.ON à German Pellets, qui a fait faillite peu après, devrait être transformée en usine de biomasse, avec 2 milliards d’euros de subsides du gouvernement flamand. Elle sera reprise par l’entreprise estonienne Graanul Invest AS, un gros producteur de pellets. L’information donnée par le site internet du magazine Baltic Course a été confirmée à la VRT. Le personnel en a été informé lors d’un conseil d’administration extraordinaire.

La plus grande centrale électrique classique de Belgique, avec une capacité de 556 Mégawatts, appartenait au groupe allemand énergétique E.ON, qui avait demandé les autorisations nécessaires pour transformer l’implantation limbourgeoise en centrale à biomasse. Elle a reçu le soutien du gouvernement flamand et une promesse de subsides à hauteur de 2 milliards d’euros.

Finalement, E.ON revendait son usine à German Pellets. Cette entreprise allemande annonçait peu après sa faillite, non sans avoir revendu l’implantation de Langerlo à une autre entreprise dans son groupe, pour un euro symbolique.

Ce mardi, la VRT obtenait la confirmation - notamment via le bourgmestre de Genk - que la centrale électrique limbourgeoise sera reprise par l’entreprise estonienne Graanul Invest, qui produit des pellets. Tous les 100 membres du personnel de la centrale devraient pouvoir conserver leur emploi.

Entretemps, le gouvernement flamand étudie comment éviter à l’avenir de devoir payer de lourds subsides à de grandes centrales à biomasse. Ils sont octroyés sous forme de certificats d’électricité écologique, qui sont à leur tour financés par une taxe supplémentaire sur l’électricité imposée par l’ancienne ministre Annemie Turtelboom.

Une taxe très controversée, qui a d’ailleurs forcé la ministre flamande à l’Energie à démissionner le 29 avril dernier.