Van Overtveldt veut un stress test pour les prêts hypothécaires

Le ministre fédéral des Finances (photo), Johan Van Overtveldt (N-VA), va demander à la Banque Nationale de réaliser un test de résistance pour l’ensemble des prêts hypothécaires et la capacité des emprunteurs. C’est ce qu’il a annoncé à New York, en réaction aux mesures que se prépare à défendre le Comité de Bâle regroupant le régulateurs mondiaux de la finance. Le ministre affirme cependant qu’il n’y a pas de raison de paniquer.

Le quotidien "Le Soir" indiquait lundi que ledit Comité de Bâle travaille actuellement sur des projets visant à reporter le risque de l'emprunt des institutions bancaires vers l'emprunteur, estimant qu'actuellement les banques prennent trop de risques lorsqu'elles accordent des crédits et le consommateur pas assez. Le Comité veut notamment s'attaquer au taux d'intérêt fixe, fort prisé par les consommateurs belges.

Adapter le système bancaire et le renforcer constitue une préoccupation continue, a commenté mardi Johan Van Overtveldt, sans s'exprimer sur les pistes qui circulent. Le ministre des Finances plaide toutefois pour une radioscopie en profondeur du marché belge.

"Nous devons être attentifs, certainement dans les tranches de revenus les plus basses, à ne pas rester avec une masse de gens qui ne peuvent plus respecter leurs engagements, avec toute la détresse que cela représente sur les plans familial, financier et personnel".

Van Overtveldt veut dès lors soumettre le système à un test de résistance. "Nous sommes loin d'avoir de grands problèmes dans le secteur immobilier en Belgique, mais il est préférable de bien suivre la manière dont les choses se développent", pour ne pas être mis devant le fait accompli, a ajouté le ministre.

Concrètement selon lui, dans un souci de protéger les Belges, la Banque nationale devrait vérifier quel impact l'actuelle "légère tendance à la hausse" des taux d'intérêts hypothécaires a sur la capacité de remboursement des Belges. Le ministre N-VA affirme aussi constater que la question est posée également dans les pays voisins.