La mayonnaise belge sera désormais moins grasse

L’arrêté royal «mayonnaise», qui adapte les exigences en matière de composition de l’une des sauces les plus populaires du pays, a été publié vendredi au Moniteur belge. La loi ramène la teneur minimale en matières grasses de la sauce de 80% à 70%, tandis que la teneur minimale en jaunes d’œufs est ramenée de 7,5% à 5%.

L’entrée en vigueur du texte marque le coup d’envoi "de la modernisation de la législation alimentaire" que le ministre de l’Economie et des Consommateurs, Kris Peeters (CD&V), envisage en dialogue avec le secteur et la Fédération de l’Industrie alimentaire (Fevia).

Le but de l’arrêté est de permettre aux producteurs belges d’être mieux armés pour faire face à la concurrence des producteur étrangers. Ces derniers n’étaient en effet pas liés par la législation belge plus stricte, et étaient de plus en mesure de produire à un prix inférieur en raison de la moindre teneur en matières grasses et en jaunes d’œufs.

"Notre secteur alimentaire est parmi les meilleurs au monde. Notre législation doit dès lors aussi être du XXIe siècle. Il nous faut donc encadrer les 90 000 emplois dans l’industrie alimentaire belge dans les meilleures circonstances possibles, avec les meilleures lois et règles possibles. Pour des raisons de santé, actuellement, l’on cherche de plus à réduire les teneurs en sucre ou en matières grasses. Nous voulons là aussi explicitement apporter notre contribution", a commenté M. Peeters.