La N-VA pour une fusion des polices bruxelloises, mais sans la forcer

La N-VA ne va pas faire de la fusion des zones de police bruxelloises une affaire gouvernementale, a indiqué le ministre de l'Intérieur Jan Jambon au journal dominical De Zondag.

"L'accord de gouvernement est clair", indique Jan Jambon (photo). "Nous n'ouvrons pas de dossier communautaire et nous allons encourager une telle fusion, mais pas y contraindre. Nous nous tenons à l'accord."

"Je n'ose pas dire qu'une fusion aurait évité les attentats. Mais si demain toutes les parties au gouvernement devaient donner leur feu vert, nous les rejoindrions évidemment. Je remarque toutefois qu'au moins un parti n'en est pas convaincu et peut s'appuyer sur l'accord de gouvernement (le ministre vise le MR, ndlr). Nous allons le respecter. En 2019, cela pourra revenir sur la table", déclare encore le ministre de l’Intérieur.

Jan Jambon appelle par ailleurs à débattre de la question non pas d'un point de vue communautaire mais bien sécuritaire. "Si cela dépendait de moi, davantage de zones de police pourraient fusionner: 189 dans un pays comme la Belgique, c'est tout simplement trop", affirme-t-il.