Makro pourrait supprimer jusqu’à 505 emplois

La direction belge de la chaîne de magasins de gros Makro et Metro a annoncé, ce lundi au cours d’un conseil d’entreprise extraordinaire, son intention de mener à bien un plan de transformation "profond", qui pourrait "impliquer une perte d’emploi d’un maximum de 505 collaborateurs". Tous les magasins existants seront par contre conservés, assure l’entreprise d’origine néerlandaise, créée en 1968.

Cette réorganisation, qui s'accompagne d'un investissement de 61 millions d'euros, "serait déployée progressivement jusqu'à fin 2018", a précisé la direction ce lundi, en assurant qu'elle "mettra tout en œuvre pour éviter au maximum les licenciements secs". Dans un communiqué, le groupe de la chaîne de magasins de gros a précisé que "ce plan de transformation est bel et bien tourné vers l'avenir. Il s'accompagne de choix clairs et d'investissements devant offrir des perspectives d'avenir saines aux deux marques" Makro et Metro.

Le plan prévu conduirait Makro à s'orienter vers deux types de clients: les particuliers d'une part et les professionnels de la construction/rénovation et du jardinage d'autre part. L'enseigne se concentrerait en outre sur trois spécialisations, à savoir le "good food" (assortiment d'aliments de qualité), le segment "party" qui regroupe tout ce qui touche à la fête et le département "home".

Quant à Metro, son offre de gros dans l'alimentaire sera renforcée et son développement sera accéléré, avec l'ouverture attendue de plusieurs magasins dans les années à venir. "Afin de rendre possibles la transformation et les nouvelles stratégies commerciales de Makro et de Metro, le plan prévoit la scission des services centraux qui opèrent aujourd'hui pour les deux marques. Des sièges centraux spécialisés seront créés pour les deux enseignes et seront installés à proximité des magasins. Cette répartition plus efficace du travail pourrait engendrer la disparition d'une partie des postes actuels", a ajouté l'entreprise.

Une perte d’un sixième des emplois, au maximum

Au total, le plan pourrait conduire "à une perte d'emploi pour un maximum de 505 collaborateurs", sur quelque 3.000 salariés en Belgique, et ce tant dans les magasins Makro et Metro qu'au siège central de Wommelgem.

"Nous croyons fermement dans un avenir sain et rentable pour Makro et Metro grâce à la nouvelle stratégie commerciale pour les deux marques et nos investissements de 61 millions d'euros. En recourant à la spécialisation, nous répondons clairement au besoin du client", ont commenté Antonio Baptista, CEO de Makro Belgique et Vincent Nolf, CEO de Metro Belgique, cités dans le communiqué.