Surveillance renforcée à Bruxelles pendant le ramadan

Pendant la durée du ramadan, qui prendra fin le 5 juillet, les agents de police et les militaires surveilleront de manière rapprochée les terrasses de cafés, les écoles et les hôpitaux de la capitale. En cause, un appel lancé par l’Etat islamique à perpétrer des attentats pendant le ramadan, écrit ce lundi le quotidien Het Laatste Nieuws.

A la demande de la police, les soldats impliqués dans la surveillance de la capitale depuis les attentats du 22 mars dans le hall des départs de l’aéroport de Zaventem et dans la station de métro de Maelbeek, ont reçu pour consigne de redoubler de vigilance autour des terrasses de cafés - qui risquent d'être bondées pendant l'Euro de football -, des écoles et des hôpitaux.

Fin mai, l'organisation terroriste Etat islamique avait en effet appelé ses partisans à perpétrer des attentats en Occident pendant le ramadan, qui a commencé la semaine dernière et s'achèvera le 5 juillet.

Le niveau de la menace terroriste en Belgique n'a cependant pas été revu à la hausse. Il s'élève toujours à 3 sur 4 ("menace sérieuse, possible et vraisemblable"). A plusieurs endroits stratégiques, comme certaines ambassades, le niveau a même été abaissé de 3 à 2+.

Nicolas Lambert

Attentats 22 mars : 12 victimes encore hospitalisées

Douze victimes des attentats survenus à Bruxelles le 22 mars se trouvent toujours à l'hôpital en Belgique, indiquait ce lundi le cabinet de la ministre de la Santé publique Maggie De Block (Open VLD, photo). Plus personne n'est cependant en soins intensifs ou dans un centre pour brûlés.

Plus de deux mois après les attentats, douze personnes restent hospitalisées dans six établissements du pays, principalement à Bruxelles, en Brabant wallon et flamand et dans un hôpital anversois, précise le cabinet de la ministre.

A l'étranger, plusieurs victimes qui avaient été rapatriées après les attentats restent hospitalisées, dont certaines se trouvent toujours dans des centres de brûlés. Les attentats du 22 mars ont fait 32 morts et blessé à des degrés divers environ 300 personnes.