Les bagagistes de Swissport en grève à Zaventem

Le personnel de cette société de manutention aéroportuaire a suspendu le travail ce vendredi matin à Brussels Airport, inquiet du sous-effectif de travailleurs chez Swissport. L’action provoque des retards de 30 à 60 minutes des vols de compagnies travaillant avec Swissport. Un porte-parole de Brussels Airport ajoute que certains vols partent même sans bagages. Les autorités aéroportuaires conseillent aux passagers de prendre aussi peu de bagages que possible. Pas de perturbation du travail de l’autre société de manutention aéroportuaire Aviapartner.

Le syndicat socialiste avait déposé un préavis de grève pour les bagagistes - qu'il représente à 65% à Zaventem - il y a une semaine, suivi par les autres organisations de représentants des travailleurs. Une réunion de conciliation avait eu lieu mercredi.

Il y avait été reconnu que l'"organisation du travail des entreprises de manutention aéroportuaire avait été perturbée" depuis les attentats. Un appel avait alors été lancé aux employeurs afin d’organiser une concertation sociale sur de nouvelles embauches ou une extension des contrats.

Les syndicats ont ensuite rencontré jeudi la direction de Swissport. Celle-ci a accepté d'engager quelques travailleurs. "Mais seulement pour remplacer les membres du personnel actuellement malades", déplore Sandra Langenus, secrétaire UBT pour Bruxelles et le Brabant flamand, qui précise que le mouvement n'a pas été organisé par les syndicats mais bien de façon spontanée par les travailleurs.

Même son de cloche du côté de l'ACV Transcom, qui a cependant noté une réelle volonté des différentes sociétés actives à Zaventem, "à l'exception de Swissport", de faire des efforts. Kurt Callaert, responsable du syndicat chrétien, évoque d'ailleurs une proposition "risible": l'engagement de cinq nouveaux travailleurs à temps plein et d'une trentaine d'autres pour la durée des vacances. "Largement insuffisant", déplore-t-il. "On abuse des attentats du 22 mars", constate-t-il. Il avait alors été mis fin à tous les contrats temporaires et la situation n'a plus évolué depuis.

"Une grève très gênante"

Swissport est chargée de la manutention de 65% des vols à Brussels Airport. "Des retards sont possibles", indique d'ailleurs l'aéroport sur son site internet, où il invite les voyageurs à se renseigner sur la société chargée de la gestion de leurs bagages.

C'est notamment le cas de Brussels Airlines, qui connait des retards moyens de 30 minutes pour ses vols. Sur sa page Facebook, la compagnie aérienne belge invite ses passagers voyageant depuis ou vers Brussels Airport à le faire "le plus légèrement possible", leur suggérant de ne prendre avec eux qu'un bagage à main, tout en respectant les restrictions en matière de transport de liquides et de gels.

Une grève avait également touché en mai Aviapartner, l'autre entreprise de manutention aéroportuaire active à Zaventem. Selon les syndicats, le non-respect, après les attentats du 22 mars, de certains accords portant sur les indemnités kilométriques ou les heures supplémentaires avait été à l'origine du mouvement.

Arnaud Feist (photo), le CEO de Brussels Airport, a réagi à l’action de protestation des bagagistes. "Cette action est très gênante et négative pour l’image de notre aéroport". Il souligne vouloir éventuellement intervenir personnellement dans le conflit.

"Il y a trois ans, il y a déjà eu une grève chez Swissport. A l’époque, nous avons aussi facilité le contact entre les syndicats et la direction. Nous sommes prêts à le refaire aujourd’hui, si les syndicats et la direction de Swissport le souhaitent".