Signalisation : liaison entre Gand et Bruxelles sabotée

Le sabotage de la signalisation sur la ligne de chemin de fer rapide reliant Bruxelles et Gand a engendré d’importantes perturbations ce vendredi. La circulation des trains a été ralentie entre Bruxelles-Midi et Denderleeuw pendant plusieurs heures, tous les trains devant rouler sur la voie classique. En soirée, les trains pouvaient à nouveau emprunter la voie rapide. D'après le parquet, des cables ont été incendiés volontairement.

Tous les trains assurant la liaison entre les deux villes devaient emprunter une partie de la ligne classique ponctuée de nombreux arrêts, ce qui a provoqué des retards pouvant aller jusqu'à une heure. "Tous les trains sont déviés dans la mesure du possible, mais certains ont été supprimés", précisait le porte-parole de la SNCB Dimitri Temmerman en début de matinée.

Un premier problème de signalisation a été détecté vers 5h du matin. Le trafic en direction de Bruxelles a dès lors été dévié sur la voie assurant la liaison rapide dans le sens opposé, tandis que la circulation en direction de Gand pouvait se faire sur la ligne classique.

Vers 8h, le problème s'est toutefois déclaré sur la deuxième voie de la ligne rapide.

L'origine de ce dérangement de signalisation n'est pas longtemps demeuré incertaine. "Nos équipes techniques sont sur place et tentent de résoudre le problème le plus rapidement possible", assurait Infrabel. Des cables brûlés avaient cependant été découverts.

Le parquet confirme l'acte de sabotage

Le problème de signalisation est probablement la conséquence d'un acte de sabotage, a indiqué le porte-parole d'Infrabel Thomas Baeken vers midi. "Nous avons de très fortes suspicions qu'il s'agisse d'un acte de sabotage. Des traces sur certains câbles permettent en effet de penser que quelqu'un a voulu y bouter le feu. C’est évidemment particulièrement grave, en premier lieu parce qu’on met en péril la sécurité des voyageurs et du personnel. Deuxièmement, cela cause de nombreux problèmes".

En début de soirée, le parquet confirmait l'hypothèse d'un sabotage. Le travail semble avoir été fait par des spécialistes, remarquait-on également.

L'équipe technique d'Infrabel a tenté de résoudre le problème au plus vite. Le gestionnaire du rail espèrait que la circulation des trains pourrait être rétablie sur une voie au moins pour l'heure de pointe du soir. En début de soirée, les trains pouvaient effectivement à nouveau circuler sur la voie rapide.

"La police a été avertie et nous allons porter plainte contre X", ajoutait encore le porte-parole d'Infrabel.