Encadrement renforcé pour les écoliers allophones

Les élèves des écoles secondaires dont la langue maternelle n’est pas le néerlandais, et qui doivent passer d’une classe d’accueil à leur classe définitive après avoir rattrapé notamment leur retard en langue, recevront un accompagnement accru. Le gouvernement flamand va engager 141 "coaches d’accompagnement" supplémentaires dès la rentrée scolaire de septembre, pour aider les élèves concernés à faire ce passage d’une classe à l’autre.

Au cours de l’année scolaire dernière, 2.600 élèves ont suivi l’enseignement d’accueil. Au début du mois de juin, leur nombre était passé à près de 4.700 élèves. Il faut donc davantage d’accompagnateurs.

"Dès le début de la prochaine année scolaire, le nombre de formateurs sera alloué sur base du nombre de néo-arrivants allophones dans une école", expliquait la ministre flamande de l’Enseignement Hilde Crevits (CD&V). L’équipe d’accompagnateurs sera ainsi étoffée de 141 personnes. Ce qui représente une multiplication par quatre.

"Les formateurs accompagnent les élèves dans leur trajet d’étude. Ils peuvent aussi donner un accompagnement individuel, pour combler des lacunes là où c’est nécessaire", précisait la ministre (photo). "Grâce à ces formateurs, nous donnons des chances supplémentaires à ces élèves de pouvoir suivre un programme scolaire normal et des études à leur mesure".

Le gouvernement flamand fait aussi l’effort de faire donner des cours de néerlandais aux parents d’enfants allophones. Pendant les mois de juillet et d’août, il double ainsi l’offre de cours de néerlandais comme seconde langue. Au total, cela représente 5.600 périodes de cours supplémentaires.