Alerte à la bombe à City 2: "La ceinture contenait du sel et des biscuits"

Une alerte à la bombe a été déclenchée ce mardi à l’aube dans le centre commercial bruxellois City 2. Un homme a été interpellé. Le suspect avait lui-même contacté la police indiquant qu’il portait une ceinture explosive, qui s’est avérée factice. Le périmètre de sécurité a depuis été levé.

Lors de son interpellation, l’individu était muni de ce qui semblait être une ceinture explosive. L’objet a été analysé par le Service d'Enlèvement et de Destruction d'Engins Explosifs (SEDEE). D’après le parquet de Bruxelles, la ceinture contenait toutefois du sel et des biscuits.

Le suspect est connu de la Justice, notamment pour des problèmes d'ordre psychiatrique. Il affirmait avoir été enlevé et porter une ceinture explosive qu'une tierce personne devait actionner à distance.

L'individu a depuis reconnu avoir inventé son kidnapping. Lors d'une visite domiciliaire effectuée chez la mère du suspect, la police a trouvé des restes du matériel ayant servi à la fabrication de la ceinture factice. 

L'homme, né en 1990, avait décrit le véhicule dans lequel il prétendait avoir été enlevé. Ce véhicule a été retrouvé à Schaerbeek et son conducteur interpellé. Ce dernier a finalement été remis en liberté. Le suspect a en effet reconnu avoir relevé au hasard en rue une plaque d'immatriculation.

Le parquet de Bruxelles a saisi un juge d'instruction du chef de "fausse information concernant le danger d'un attentat" et requis une mise sous mandat d'arrêt ainsi qu'une expertise psychiatrique. Le juge d'instruction dispose d'un délai de 24 heures à partir de l'heure de privation de liberté du suspect pour prendre sa décision.

Levée du périmètre de sécurité

A la demande de la police, les magasins de la rue Neuve situés entre la station de métro Rogier et la rue de la Blanchisserie, sont restés un moment fermés dans le cadre des devoirs d’enquête. Le périmètre de sécurité a depuis été levé, et les premiers commerces ont pu ouvrir leurs volets.

Au niveau du métro, tous les accès à la station de métro Rogier, dont la plupart avaient été temporairement fermés, sont à nouveau ouverts au public sauf un, a indiqué une porte-parole de la Stib peu après 11h30. Il s'agit de l'accès via la place Charles Rogier, qui avait déjà été fermé durant le week-end "en raison du contexte sécuritaire".

En surface, la circulation des bus avait été interrompue pendant une heure à l'arrêt Rogier. Mais celui-ci est à nouveau desservi normalement, a précisé la porte-parole de la Stib.

Des policier sur les dents

Frappée le 22 mars dernier par le groupe terroriste Etat islamique (EI), Bruxelles a connu depuis de nombreuses alertes terroristes et la police y multiplie les opérations.

Lundi, six personnes ont été interpellées puis relâchées sans inculpation à Bruxelles dans le cadre de l'enquête sur l'attentat manqué du TGV Thalys reliant Amsterdam à Paris le 21 août 2015.

Une autre importante opération de police avait eu lieu durant le week-end, se soldant par l'interpellation de quarante personnes dans la nuit de vendredi à samedi lors d'une vague de perquisitions en urgence. Parmi ces dernières, trois hommes ont été inculpés samedi pour "tentative d'assassinat dans un contexte terroriste" et "participation aux activités d'un groupe terroriste", avec en toile de fond des menaces non confirmées sur des manifestations publiques en Belgique autour du match Belgique-Irlande de l'Euro 2016 de football.

La semaine dernière, la presse belge avait révélé que les services de police du royaume avaient été avertis que des combattants de l'EI avaient récemment quitté la Syrie pour commettre des attentats en Belgique et en France. D'après la presse, le centre commercial City 2 fait partie des cibles potentielles.