"Près de 230.000 emplois créés d’ici 2021"

Telles sont les perspectives économiques présentées par le Bureau du plan, qui a en outre pointé les efforts à fournir pour atteindre un équilibre budgétaire structurel en 2018. La ministre fédérale du Budget, Sophie Wilmès, a réagi en indiquant que "le travail d'assainissement budgétaire n'est pas terminé".

Près de 230.000 emplois seront créés entre 2016 et 2021, selon les perspectives du Bureau du plan. Le taux de chômage atteindra 11,4% en 2016, puis doit baisser à 9,7% entre 2018 et 2021.

Les effectifs dans les services marchands progresseront de 242.500 unités sur cette période, selon le Bureau du plan. L'institution prévoit par contre un repli de l'emploi dans l'administration publique ainsi que dans l'enseignement (-4.700 unités). L'industrie sera également en recul, mais à un niveau moins important qu'auparavant (-4.400 unités).

Le taux d'emploi doit passer de 67,2% en 2015 à 69,2% en 2020 et 70% en 2021. Néanmoins, ces résultats ne permettront pas d'atteindre l'objectif de 73,2% fixé par la Belgique pour 2020, selon le Bureau du plan.

La population d'âge actif (15-64 ans) va augmenter à court terme en raison de la crise des réfugiés (16.700 personnes en 2016, 28.500 personnes en 2017 et 9.600 personnes en 2018), prévoit encore le Bureau du plan. La proportion de 15-64 ans sera ensuite en recul dès 2019 dû à l'impact du vieillissement de la population.

Le chômage devrait être en baisse de 23.400 unités en 2016. Un recul limité par après avant de s'accélérer "fortement" à partir de 2020.

"Le travail d'assainissement budgétaire n'est pas terminé"

"Le travail d'assainissement budgétaire n'est pas terminé. Nous en sommes conscients", a réagi mardi la ministre fédérale du Budget, Sophie Wilmès (MR) après la publication des perspectives économiques du Bureau fédéral du plan. "Le développement économique est plus que jamais la priorité du gouvernement".

Le Bureau du plan a notamment pointé les efforts à fournir pour atteindre un équilibre budgétaire structurel en 2018 et émis l'idée de renégocier les objectifs avec les autorités européennes.

"Le rapport du Bureau fédéral du plan ne prend pas en compte un certain nombre de mesures adoptées par le gouvernement, notamment en ce qui concerne le rendement attendu de la lutte contre la fraude fiscale, la taxe Caïman...", commente la ministre du Budget dans un communiqué.

"Le gouvernement fédéral est déterminé à poursuivre sa tâche et à mener de front les efforts qu'il a mis en oeuvre en termes d'assainissement budgétaire responsable et de création d'emplois. Le développement économique du pays est plus que jamais sa priorité", poursuit Sophie Wilmès.

Les prochains travaux budgétaires du gouvernement fédéral commenceront après la publication du rapport du Comité de monitoring attendu début juillet, ajoute le communiqué. Il s'agit du "document de base déterminant l'effort budgétaire".