Le syndicat socialiste appelle à la grève générale ce 24 juin

Menée ce vendredi par la FGTB francophone et l’ABVV néerlandophone, la grève générale annoncée perturbera avant tout les transports en commun, une partie des services publics et les grandes entreprises dans l’ensemble du pays. Les syndicats chrétien et libéral ne suivent pas l’appel, mais organisent des actions de sensibilisation contre la réforme du travail du gouvernement Michel. Par son action nationale, le syndicat socialiste veut mettre l’économie du pays à l’arrêt "afin de marquer notre opposition aux mesures de régression sociale annoncées par ce gouvernement de droite". La date du 24 juin avait été choisie pour ne plus perturber les examens des étudiants.

Les perturbations dans les transports en commun se concentreront avant tout dans les grandes villes et les chemins de fer. En Wallonie, la FGTB attend une réponse massive à l’appel, tandis qu’en Flandre les conséquences de la protestation devraient rester limitées. Certains trains y seront certainement supprimés, mais la circulation ferroviaire ne sera pas paralysée dans le nord du pays.

La SNCB va à nouveau faire surveiller par des huissiers que les cabines de signalisation restent ouvertes, pour permettre aux volontaires de travailler. La grève générale débute d’ailleurs ce jeudi à 22h.

La société régionale flamande De Lijn s’attend à des perturbations des bus et trams dans les grandes villes, tout comme la société bruxelloise Stib, qui prévoit des perturbations plus importantes.

Les militants socialistes tenteront aussi de bloquer des écluses, pour paralyser la navigation fluviale dans le pays. Un grand piquet de grève est attendu à Anvers, le long de la Scheldelaan. Dans le port, des piquets devraient se poster devant les industries du secteur chimique et métallurgique.

L’action de grève semble vouloir se concentrer aussi sur les grandes entreprises, comme le fabriquant de camions DAF à Westerlo, Volvo à Gand, le constructeur de bus Van Hool à Lierre, mais aussi Coca Cola à Gand, la firme de tapis Desso à Termonde ou l’usine Arcelor à Zelzate.

Des piquets de grève sont attendus également devant des supermarchés des chaînes Delhaize, Albert Heijn, Lidl et Carrefour, certainement en province anversoise.

Plusieurs petites entreprises seront également affectées par l’action de grève, avec des piquets volants ou des accès limités aux terrains industriels.

Les services publics seront également touchés, comme notamment le ramassage des poubelles et le nettoyage des rues. Des actions sont prévues à Anvers, tout comme à la prison de Malines.

Bpost a connu une action de protestation d’envergure il y a deux semaines. La grève ne devrait affecter la poste que si certains collaborateurs décident de ne pas travailler pour participer à des actions.

Quant aux écoles, elles resteront ouvertes dans toute la Flandre. Les enseignants peuvent faire grève pendant une heure cependant. Dans le secteur de l’accueil à la petite enfance, la volonté de faire grève semble limitée cette fois.