Le patrimoine bruxellois dans une banque de données digitale

A l’initiative de la Commission communautaire flamande, la première banque de données sur le patrimoine matériel et immatériel bruxellois des familles, personnes privées et associations a été mise en ligne. Le matériel qui n’est pas conservé dans des institutions professionnelles comme les archives ou des musées obtiendra ainsi un avenir digital sur le site de la "Erfgoedbank" .

Via le site www.erfgoedbankbrussel.be/explfrancais, le public peut découvrir le patrimoine matériel et immatériel des Bruxellois. Il s’agit avant tout de collections de collectionneurs privés, de familles ou d’associations. Ce matériel, qui n’est pas gardé dans des musées ou des archives, risque parfois de se perdre.

Actuellement, les communes bruxelloises de Jette, Auderghem et Berchem-Sainte-Agathe sont déjà partenaires de la banque de données sur le patrimoine. Ce sont des bénévoles de l’administration culturelle locale qui repèrent ce patrimoine, le digitalisent et placent les informations dans la banque de données.

"Ces derniers mois, de nombreux bénévoles se sont mobilisés pour rassembler de vieilles photos, de petits films ou des cartes, pour les digitaliser et les décrire. Grâce à leur dévouement, tout le monde peut maintenant découvrir les parles cachées de collectionneurs, familles, associations et amateurs du patrimoine. Le partage (digital) de notre histoire et de notre patrimoine commun ne peut qu’enrichir notre société", expliquait Pascal Smet (photo), membre du collège de la Commission communautaire flamande, responsable pour la Culture.

Le projet de banque de données s’inscrit dans le cadre de la politique en faveur du patrimoine menée par la Commission communautaire flamande. Celle-ci a débloqué un budget de 50.000 euros pour développer une banque de données digitale.