Michel sur le Brexit: "L’incertitude n’est pas une option"

Interrogé lors de la matinale de la VRT sur Radio 1, le Premier ministre a fait savoir qu’il allait appeler à faire rapidement la clarté sur les intentions des Britanniques et sur l’avenir du projet européen, lors du sommet de l’Union qui se tient ce mardi.

Le premier sommet européen des 27, sans le Royaume-Uni, est lancé ce mardi à Bruxelles. Les chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union européenne vont presser le Royaume-Uni de déclencher la procédure de divorce sans perdre de temps, en raison des risques sur les marchés, tout en s'efforçant de tirer les leçons du Brexit pour l'Europe et éviter une contagion à d'autres pays.

Pour Charles Michel, il est impossible de rester dans l’inconnu durant des mois. "Nous risquerions une instabilité en Grande-Bretagne, et un feuilleton politique au sein de l’Union", a-t-il déclaré, et d’ajouter que "l’incertitude n’est pas une option".

"Le Brexit est la victoire d'une certaine forme de populisme", a estimé mardi matin le Premier ministre Charles Michel sur les ondes de La Première (RTBF), avant d'ajouter qu'il n'était "pas prêt à payer la facture" pour la décision des Britanniques de se retirer de l'Union européenne.

Le Premier ministre a par ailleurs garanti qu'il mettrait "tout en oeuvre pour protéger et défendre les intérêts économiques et sociaux" de la Belgique, et insisté sur la nécessité d'expliquer aux citoyens en quoi l'Europe constitue une "valeur ajoutée".