Freddy Van Gaever ne reprendra pas VLM Airlines

Le fondateur de la compagnie aérienne basée à l’aéroport anversois de Deurne et récemment déclarée en faillite abandonne ses projets de reprise de VLM Airlines. En cause, l’impossibilité de faire voler rapidement des avions, ce qui était une des conditions de son partenaire dans l’opération, The Aviation Factory.

Une relance telle quelle de VLM Airlines ne faisait de toute façon pas partie des plans de Freddy Van Gaever, la compagnie ayant des dettes beaucoup trop élevées.

L'homme d’affaires entendait en revanche racheter un par un les six appareils Fokker de l'entreprise et fonder une nouvelle société, qui emploierait à court terme cinquante membres du personnel de VLM. Selon ses dires, il avait d'ailleurs un accord à ce sujet avec les curateurs.

Freddy Van Gaever impute l'échec de son projet à la Direction générale Transport aérien du service public fédéral Mobilité et Transports. "Avec The Aviation Factory, j'avais un partenaire disposant de vastes ressources financières, mais qui faisait actuellement face à de nombreuses pertes car il devait laisser d'autres compagnies effectuer des vols à des prix plus élevés que ceux prévus par VLM", explique-t-il. "Nous voulions donc pouvoir commencer à voler rapidement, déjà le 11 juillet, mais la direction générale Transport aérien voulait d'abord voir un business plan. Cela est impossible car la situation évolue tous les jours."

Le fondateur de VLM a par ailleurs qualifié de "pure folie" que la compagnie française Chalair Aviation puisse reprendre la liaison Anvers-Hambourg, jusqu'ici assurée par la compagnie en faillite, à partir du 4 juillet. "Où va-t-on en Flandre si une compagnie étrangère peut faire cela et que Freddy Van Gaever ne le peut pas?", s'interrogeait-il.