Enquête sur un éventuel abus de pouvoir d’AB InBev

La Commission européenne a ouvert une enquête pour vérifier si le plus grand groupe brassicole au monde en volume de bière brassée, ancré à Louvain (Brabant flamand), a abusé de sa position dominante sur le marché belge en empêchant les importations de ses bières depuis les pays voisins. Si c’était le cas, ce serait en contradiction avec les règles de concurrence au sein de l’Union, indiquait la commissaire européenne Margrethe Vestager.

"La forte position d'AB InBev sur le marché belge de la bière n'est pas un problème. Cependant, nous voulons nous assurer qu'il n'existe aucun obstacle anticoncurrentiel aux échanges dans ce secteur au sein du marché unique européen", a expliqué la commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager. "Une exclusion des importations moins chères de ses propres bières depuis les pays voisins serait contraire à la fois aux intérêts des consommateurs et aux règles de concurrence."

L'enquête - ouverte après que des citoyens, des autorités nationales de concurrence et le Parlement européen aient fait part de leurs préoccupations quant aux différences de prix importantes entre deux Etats membres voisins de l'UE sans raison objective - visera à déterminer si AB InBev poursuit une stratégie délibérée pour proposer en Belgique des produits plus chers.

Elle examinera plus particulièrement certaines pratiques, comme la modification éventuelle des emballages de canettes ou bouteilles pour les rendre moins facilement vendables dans d'autres pays ou la limitation éventuelle de l'accès des détaillants "non belges" aux remises et aux produits principaux, afin de les empêcher d'exporter des bières moins chères en Belgique.

La justice sud-africaine approuve le rachat de SAB Miller

L'autorité sud-africaine de la concurrence a approuvé, sous conditions, la fusion entre SAB Miller et AB Inbev, dont la cotation a été suspendue jeudi matin sur Euronext Bruxelles "dans l'attente de la publication d'un communiqué". La cotation a repris vers l’heure de midi.

"Le tribunal de la concurrence a approuvé la fusion entre les géants de la bière Anheuser-Busch InBev (AB InBev) et SABMiller sous des conditions destinées à prendre en compte à la fois l'intérêt général et les règles de la concurrence", indiquait un communiqué de la justice sud-africaine.

"Nous sommes satisfaits de cette décision", a réagi Carlos Brito, l'administrateur délégué d'AB Inbev. "L'Afrique du Sud jouera un rôle majeur dans la nouvelle entité. Nous reconnaissons la contribution importante des brasseries sud-africaines dans l'économie du pays", a-t-il ajouté en rappelant les engagements pris par AB Inbev en matière d'emplois, de localisation de la production ou encore de soutien aux petits fournisseurs.

AB Inbev a désormais obtenu le feu vert de 16 juridictions, avec ou sans conditions (Australie, Inde, Corée du Sud, Botswana, Kenya, Namibie, Afrique du Sud, Swaziland, Zambie, Commission européenne, Albanie, Turquie, Ukraine, Chili, Colombie et Mexique). Selon le groupe brassicole, les négociations sont "en bonne voie" pour être bouclées au 2e semestre 2016.