Le trou dans la sécurité sociale est bien plus important que prévu

Le déficit de la Sécurité sociale est passé à 748 millions d’euros, soit 229 millions de plus que ce qui avait été envisagé lors du contrôle budgétaire d’avril, rapporte De Tijd vendredi. Ces chiffres figurent dans un rapport du comité de gestion de la sécurité sociale que le quotidien a consulté. Aux yeux du ministre de l’Emploi Kris Peeters (CD&V), il s’agit toutefois d’une "représentation regrettable de la situation, dont la N-VA s’empare pour justifier des épargnes dans la sécurité sociale".

Le déficit plus important que prévu est principalement dû à un manque à gagner. Les cotisations sociales et le financement alternatif à travers la retenue d’impôt rapportent moins que prévu. En outre, il y a plus de dépenses que prévu liées à la prépension.

C’est aussi le résultat des réformes que les partenaires sociaux ont érodées, estime le député nationaliste flamand Jan Spooren, qui plaide pour de nouvelles épargnes dans la sécu.

Selon lui, d’autres réformes sont nécessaires et l’accent devrait être mis sur l’aide au retour sur le marché du travail des personnes en incapacité de travail.

"Une représentation regrettable des faits"

Le ministre fédéral de l’Emploi, Kris Peeters (CD&V) n’est pas d’accord avec l’analyse de Jan Spooren. "Il s’agit d’une représentation regrettable de la situation, dont la N-VA s’empare pour justifier des épargnes dans la sécurité sociale", a-t-il réagi au micro de lamatinale ‘De ochtend’ sur Radio 1 (VRT).

Kris Peeters a en outre indiqué attendre calmement la réunion du Comité de gestion. "Je présume que les 519 millions d’euros ont été techniquement corrigés, mais cela ne veut pas dire que la sécurité sociale se retrouve désormais confrontée à un trou de 748 millions d’euros. Il n’y a pas de raison de couper dans la sécu", a-t-il souligné.