La Maison Guiette à Anvers inscrite au Patrimoine mondial de l'Unesco

La Maison Guiette à Anvers, œuvre de l’architecte franco-suisse Le Corbusier a été inscrite dimanche sur la liste du patrimoine mondial de l'Humanité par l’Unesco. C’est le seul édifice de Le Corbusier en Belgique.

Edifiée en 1926 au n° 23 de la Populierenlaan à Anvers, cette maison abritait l’atelier de l’artiste peintre anversois René Guiette.

Elle avait été édifiée sous la surveillance de l’architecte moderniste flamand Paul Smekens. Après avoir été inoccupée pendant des années la maison a été restaurée dans les années ’80. Le bâtiment était déjà protégé depuis 1978.

"Le fait que cette maison soit inscrite au patrimoine mondial est l’aboutissement de ce que l’on voulait depuis longtemps" a déclaré à la VRT Piet Geleyns de la Vlaams Agentschap Onroerend Erfgoed (Agence flamande du Patrimoine immobilier). "Nous y avons œuvré avec 7 pays pendant 14 ans".

La maison appartient actuellement au photographe Patrick Robyn et à la styliste minimaliste Ann Demeulemeester.

L'oeuvre de l'architecte Le Corbusier

C'est en fait toute l'oeuvre de l'architecte franco-suisse Le Corbusier (1887-1965) qui a été inscrite dimanche au Patrimoine mondial de l'Humanité par l'Unesco, réunie en session annuelle à Istanbul.

Le dossier d'inscription au Patrimoine, que défendait la France, réunissait 17 sites sur une cinquantaine de l'architecte, choisis dans sept pays de quatre continents (France, Suisse, Belgique, Allemagne, Argentine, Japon, Inde) afin de montrer la dimension planétaire de l'oeuvre de Charles-Edouard Jeanneret-Gris, dit Le Corbusier.

Tous ces sites témoignent de l'apport de Le Corbusier au "Mouvement moderne", un courant apparu à partir de la Première guerre mondiale et qui insistait sur le fonctionnel, la pureté des lignes et l'emploi de nouveaux matériaux (béton, fer, acier...).
Parmi les 17 sites figurent Chandigarh, ville nouvelle indienne qui reste, avec Brasilia de Lucio Costa et Oscar Niemeyer, un des emblèmes de l'urbanisme réformateur. Elle a été construite peu après l'indépendance de l'Inde et structurée en sept voies de circulation, de l'autoroute au chemin piéton.

La liste comprend aussi des maisons individuelles, des "unités d'habitation", des lotissements, deux lieux de culte, une maison de la culture et un musée.

La France, où l'architecte d'origine suisse fut naturalisé, est le pays le plus représenté avec 10 des 17 sites. Parmi eux, les Maisons La Roche et Jeanneret à Paris (1923), La Cité Frugès à Pessac (sud-ouest) de 1924, La Villa Savoye et loge du jardinier à Poissy en région parisienne (1928), ou la maison de la Culture à Firminy (centre-est), datant de 1953, deuxième plus grand site de l'architecte après Chandigarh.

En Suisse, les réalisations retenues sont La petite villa au bord du lac Léman (1923) et l'immeuble Clarté à Genève (1930). En Belgique, il s'agit donc de La maison Guiette, à Anvers (1926).

Le dossier de candidature de Le Corbusier avait été retoqué en 2009 et 2011. Il était revenu cette année remanié avec, cette fois, un avis positif du comité d'experts chargé d'évaluer les projets.

L'Unesco révise tous les ans sa liste du Patrimoine mondial de l'Humanité. Cette année, sa session tenue à Istanbul avait été suspendue samedi après la tentative de coup d'Etat militaire survenue en Turquie. Elle a repris dimanche matin mais se terminera de manière anticipée dimanche soir et non mercredi en raison de la situation en Turquie.