L'ambassadeur de Turquie en Belgique convoqué aux Affaires étrangères

L'ambassadeur de Turquie en Belgique a été convoqué mercredi après-midi aux Affaires étrangères à la suite de déclarations tenues par le porte-parole de l'ambassade à la suite du coup d'Etat qui a eu lieu dans ce pays, a annoncé le Premier ministre Charles Michel en réponse à des questions d'actualité à la Chambre.

Interrogé dans Gazet van Antwerpen, le porte-parole de l'ambassade avait affirmé que des organisations flamandes soutenaient le mouvement du prédicateur Fethullah Gülen, accusé par Ankara d'être à l'orginie du coup d'Etat, et que le gouvernement flamand entretenait de bonnes relations avec ce mouvement.

Ces déclarations, après avoir été condamnées par le ministre-président flamand, Geert Bourgeois, ont été qualifiées d'inacceptables par le Premier ministre Charles Michel.

Des troubles ont également eu lieu à Beringen, dans le Limbourg, où se trouve une association liée au mouvement Gülen. La Belgique n'acceptera pas une exportation des tensions qui ont lieu en Turquie, a averti Charles Michel.

Lundi, le conseil national de sécurité a d'ailleurs donné des consignes de "tolérance zéro" aux services de sécurité à l'égard de toute forme de menace ou d'intimidation.

Le chef du gouvernement et le ministre des Affaires étrangères ont dénoncé vendredi la tentative de coup d'Etat militaire contre les institutions turques. La Belgique se montre également sévère à l'égard de la répression qui sévit depuis lors. "Ce qui se passe aujourd'hui est un dérapage, une dérive totalement inacceptable que nous condamnons", a souligné Charles Michel.