Le gouvernement Michel se fixe 25 priorités pour 2017

Profitant d’une mise au vert au domaine de Val-Duchesse, samedi à Bruxelles, le gouvernement fédéral (photo) a établi des priorités à réaliser l’an prochain - alors qu’il lui reste trois ans de législature -, dans les domaines de l’emploi, la fiscalité, des pensions, de la sécurité sociale et du droit pénal, notamment. Le Premier ministre Charles Michel a loué le travail "courageux" de son gouvernement, ces deux premières années de législature.

Cette réunion à Val-Duchesse a permis à l'équipe Michel de faire le bilan de ce qu'elle a réalisé depuis son entrée en fonction en octobre 2014 et de dégager des perspectives pour l'avenir. Les dirigeants du Bureau du Plan et de la Banque nationale sont venus apporter leur éclairage.

"Nous sommes crédibles et déterminés à agir de manière forte. Les premiers résultats sont là, mais nous restons sobres: nous savons qu'il nous reste des défis à relever", a déclaré le Premier ministre Charles Michel (photo archives) à l’issue de la journée de réflexion.

Plusieurs chiffres sont jugés encourageants par le gouvernement: la consommation privée, le revenu disponible et le taux d'épargne des ménages sont en hausse depuis 2015, et le taux d'emploi augmente.

"Nous implémentons un projet d'avenir", a affirmé Charles Michel, insistant sur l'ampleur de la tâche déjà accomplie: pas de moins de 243 projets de loi en moins de deux ans.

Priorités pour l’avenir

Parmi les chantiers mis en avant, figurent la réforme de l'impôt des sociétés, la modernisation du marché du travail - notamment la réforme de la semaine de travail de 38 heures -, et la réforme de la loi de 1996 sur la compétitivité, mais aussi la réforme du financement des hôpitaux et de la sécurité sociale.

A cela s’ajoute la mise en place du plan de transport 2017 de la SNCB, un nouveau Code pénal, la création de la direction surveillance et protection de la police, l'exécution de la vision stratégique de la Défense, ou encore la campagne en vue d'obtenir un siège non-permanent au Conseil de sécurité des Nations-Unies en 2019-2020.