La Belgique a gelé les avoirs de douze terroristes

L’Etat belge a pour la première fois gelé les avoirs financiers de terroristes, sans l’intervention de la justice. Il s’agit d’une mesure administrative prise à la demande de l’Organe de coordination pour l’analyse de la menace (OCAM). Elle concernerait notamment Mohamed Abrini, indiquent ce vendredi les quotidiens De Tijd et L’Echo.

La décision vise douze personnes suspectées de terrorisme, parmi lesquelles figurent Mohamed Abrini (suspecté notamment dans le cadre de l’attentat du 22 mars à Zaventem), ainsi que la famille Bazarouj, soupçonnée d'avoir caché Salah Abdeslam pendant sa fuite après les attentats du 13 novembre à Paris.

Ils ne pourront dorénavant plus accéder à leurs avoirs financiers, leurs biens immobiliers et autres possessions. De plus, ils ne pourront pas recevoir de soutien financier d'un tiers.

Cette disposition existe depuis 2006, mais l'arrêté royal en question n'avait jamais été appliqué jusqu’à présent. Au Moniteur belge figurent les noms de dix personnes pour lesquelles le conseil des ministres a décidé le 20 juillet de geler les avoirs financiers.

Lors du conseil des ministres du 27 mai dernier, les noms de deux combattants en Syrie avaient déjà été validés. Ils proviennent du dossier de la cellule terroriste de Verviers.

Le ministre des Finances (photo), Johan Van Overtveldt (N-VA), est satisfait que la mesure ait été rendue opérationnelle. D’autres noms seront-ils ajoutés à la liste des gels financiers ? "Cela dépendra de l’analyse de l’OCAM et du Conseil national de sécurité", précisait le ministre Van Overtveldt.