L’entrée en Belgique sera interdite à certains Européens

Le gouvernement fédéral a approuvé au début du mois de juillet un avant-projet de loi du Secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration, Theo Francken (photo), visant à interdire l’accès au territoire belge à des ressortissants européens qui se sont rendus coupables d’un crime ou d’un délit en Belgique. C’est ce que rapportent les quotidiens De Morgen, Het Laatste Nieuws et du groupe Sudpresse.

Dans l’interview qu’il accorde à ces quotidiens, le Secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration (N-VA) déclara que "être un ressortissant européen n’est plus une protection pour ceux qui veulent mal se conduire dans notre pays".

Les personnes qui représentent une menace limitée à l’ordre public se verront interdire l’accès en Belgique pendant 5 ans. L’interdiction peut être prolongée pour les ressortissants européens qui représentent un danger plus grand. "La longueur de l’interdiction sera déterminée au cas par cas", précise Theo Francken.

Les noms des ressortissants interdits d’entrée en Belgique seront introduits dans le système informatique de la police fédérale. Si un contrôle d’identité est effectuée, la police saura ainsi s’ils se trouvent de façon illégale dans le pays.

"Auparavant, nous pouvions seulement interdire l’entrée en Belgique aux citoyens provenant de pays hors de l’Union européenne. Maintenant, nous pourrons aussi bannir les ressortissants européens", précise Francken. Cette mesure vise particulièrement les 1.670 détenus européens actuellement dans des prisons belges (photo), parmi lesquels figurent 1.009 personnes en séjour irrégulier.

Selon le Secrétaire d'État, une directive européenne permet de prendre ce type de disposition, ce que les Pays-Bas ont déjà fait. Le texte de l'avant-projet de loi a été envoyé au Conseil d'État.