Les cas de syphilis et Chlamydia en hausse en Belgique

Le nombre de personnes infectées par les maladies sexuellement transmissibles que sont la syphilis et la Chlamydia a explosé ces dernières années en Belgique. C’est ce qu’indiquent les chiffres livrés par la ministre de la Santé, Maggie De Block (Open VLD). Cette augmentation serait avant tout due à une meilleure détection des infections, mais aussi à un changement du comportement sexuel.

Entre 2003 et 2015, le nombre rapportés de diagnostics de syphilis a été multiplié par huit, passant de 239 cas en 2003 à 1.893 en 2015. La très grande majorité des malades sont des hommes, homosexuels pour la plupart.

D’après la ministre de la Santé publique (photo), cette évolution est attribuable à un dépistage plus systématique des publics à risque, mais aussi à des changements de comportements sexuels.

Sur la même période, le nombre de cas de Chlamydia rapportés a, lui, été multiplié par quatre, passant de 1.518 cas à 5.968 entre 2003 et 2015.

Même si cette augmentation peut ici aussi s'expliquer par une meilleure politique de détection, on constate toutefois que la maladie augmente plus vite que le nombre de tests réalisés. "Ceci pourrait indiquer une incidence réellement croissante causée par des comportements sexuels à risque et/ou que l'offre de tests est mieux axée sur le groupe cible", analyse la ministre Maggie De Block dans une réponse à une question écrite du député Jean-Marc Nollet (Ecolo).

Si ces deux infections sexuellement transmissibles progressent, l'épidémie de HIV reste, elle, stable chez nous, avec un peu plus de 1.000 nouveaux cas diagnostiqués chaque année. La maladie affecte surtout deux populations: les homosexuels masculins et les personnes hétérosexuelles provenant principalement de pays d'Afrique sub-saharienne, précise la ministre.