Incident avec un groupe de réfugiés au festival Sfinks

Un groupe de 25 demandeurs d’asile a été mis samedi à la porte du festival de musiques du monde Sfinks Mixed (photo archives), à Boechout en province anversoise. D’après des témoins, ces hommes auraient importuné ou harcelé des jeunes filles. Deux demandeurs d’asile ont dû passer plusieurs heures dans une cellule de police.

Des plaintes auraient déjà été enregistrées précédemment à propos de ce même groupe de 25 demandeurs d’asile, indiquait samedi Johan Wonnink de la zone de police MINOS.

"Avant le festival Sfinks, nous avions appris que ce même groupe de demandeurs d’asile s’était rendu à d’autres événements dans la région et avaient causé des désagréments. Ils avaient notamment importuné des jeunes filles. Nous étions donc alertes et avons ouvert les yeux et les oreilles".

La police souligne néanmoins qu’il n’y a jusqu’ici pas eu de plaintes provenant de victimes de ce groupe de demandeurs d’asile. "Nous avons seulement récolté des témoignages. C’est la raison pour laquelle nous avons interdit l’accès au festival Sfinks à ce groupe, de façon préventive, pour préserver l’ordre public", indiquait Johan Wonnink.