Moins d’incidents violents lors de matchs de football

Le nombre d’incidents de nature violente qui se sont produits à l’occasion de matchs de football de première (D1) ou deuxième (D2) divisions en Belgique a diminué de plus d’un quart la saison dernière. Il est ainsi passé de 118 faits en 2014/15 à 87 faits en 2015/16, indique le nouveau rapport de la Cellule Football du ministère de l’Intérieur. Le nombre d’incidents en groupe a également légèrement diminué, alors que l’utilisation d’objets pyrotechniques augmente.

La Cellule Football a enregistré des incidents lors de 74,1% des matches de D1 et 28,9% de D2 la saison dernière. Il s'agit principalement de petits incidents isolés dans le stade, notamment l'escalade de clôtures ou le jet d'objets, précise le rapport. Dix-sept incidents violents en groupe impliquant plus de 10 personnes ont également été recensés, mais "on ne peut pas parler d'une recrudescence du hooliganisme", ajoute la Cellule.

Elle déplore cependant une augmentation du nombre d'incidents avec des objets pyrotechniques, malgré leur interdiction dans les stades. Leur usage représente plus de 35% de tous les incidents enregistrés. "Tant le nombre total d'incidents que le nombre de procès-verbaux transmis restent relativement stables, ce qui démontre que la politique de la tolérance zéro à l'encontre des fauteurs de troubles a bien été suivie par les zones de police", commente la Cellule Football.

Lors de la saison écoulée, quelque 1.300 interdictions de stade ont par ailleurs été imposées et 573.575 euros d'amendes ont été infligés. Environ 300 dossiers sont encore en cours. "Depuis une dizaine d'années, cette politique de sanction immédiate visant à décourager les comportements inciviques dans et aux alentours des stades de football porte clairement ses fruits", note le rapport.

Des mesures de sécurité complémentaires avaient également été adoptées à la suite des attentats de Paris en novembre dernier. Malgré l'investissement supplémentaire de capacité policière, le nombre de policiers engagés la saison dernière (27.784 unités) a légèrement diminué par rapport à la précédente (28.709 policiers), en raison notamment de la baisse du nombre de matchs, principalement en deuxième division.