Olivia Borlée portera le drapeau belge à Rio

La spécialiste du sprint bruxelloise (photo) a été choisie par le Comité Olympique et Interfédéral belge (COIB) comme porte-drapeau de la délégation belge d’une centaine d’athlète, pour la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques qui aura lieu vendredi soir au mythique stade Maracana de Rio de Janeiro, au Brésil. L’athlète de 30 ans détient une médaille d’argent olympique et participera à la compétition au sprint de 200m.

"Olivia Borlée est multiple championne d'Europe en sprint et est au plus haut niveau depuis longtemps", commente le COIB, qui souligne que la jeune femme âgée de 30 ans - et sœur des jumeaux Jonathan et Kevin et de leur cadet Dylan Borlée -, est la seule médaillée à défiler.

En 2008, dans le "Nid d'Oiseau" de Pékin, elle avait remporté la médaille d'argent sur le relais 4x100m avec Kim Gevaert, Elodie Ouedraogo et Hanna Mariën (photo).

Aux Jeux Olympiques de Londres, c'est une autre femme d'athlétisme, Tia Hellebaut, championne olympique de 2008 au saut en hauteur, qui avait été porte-drapeau du "Team Belgium".

Olivia Borlée entrera en action, aux Jeux de Rio, le lundi 15 août à l'occasion des séries du 200m.

AP2008

Invitée in extremis aux JO, Ilse Heylen ne peut partir

La judokate Ilse Heylen (-52 kg) a reçu mercredi soir un mail de sa fédération internationale, lui indiquant qu'elle pouvait, malgré tout, prendre part aux Jeux Olympiques de Rio qui débutent officiellement vendredi.

Celle qui avait décroché le bronze en 2004 à Athènes en -52kg a toutefois dû se résoudre à refuser l'invitation, pour cause de timing serré et de manque de préparation adéquate. "La blessure de sa non-qualification a été brutalement rouverte", indiquait ce jeudi son coach et époux, Olivier Berghmans.

Agée de 39 ans, Heylen (photo) avait vécu une cruelle désillusion en mai dernier, en étant sortie au premier tour du GP d'Almaty, une élimination qui lui faisait manquer du même coup une place directe au classement qualificatif olympique. Elle avait indiqué dans la foulée que, ne pouvant pas disputer de 4es Jeux - ce qui était son rêve -, elle allait mettre un terme à sa carrière.

"Pas à pas, Ilse avait digéré cette énorme déception, et nous avions entamé les préparatifs d'une grande fête d'adieu le 26 novembre, à Geraardsbergen", précise Olivier Berghmans. "Jusqu'à ce que, mercredi tard, une invitation nous arrive de tout de même partir au Brésil pour prendre part aux Jeux. Cela a rouvert la blessure. (...) Cela n'a aucun sens d'aller au Brésil. Ilse a arrêté de s'entraîner, et c'est impossible de retrouver son poids de compétition en 4 jours, et un vol de 12 heures n'est pas idéal. On ne va pas aux JO pour le show. Si on y va, on doit être au top de sa forme. Après le bronze d'Athènes, la 7e place à Pékin et la 5e à Londres, une simple présence à Rio n'est pas une option".

La fédération internationale de judo évoque dans son invitation un forfait tardif, sans préciser le nom de l'athlète concerné. Il pourrait s'agir de la Russe Natalia Kuziutina. Ilse Heylen était première réserve.

Une flamme olympique de Bruxelles à Ostende

Une flamme olympique symbolique a entamé jeudi à Bruxelles un parcours qui doit la conduire à la Rio House à Ostende. Une délégation de relayeurs a pris le départ de la place Rogier en matinée et devrait atteindre la ville côtière vendredi soir.

L'initiative a été lancée par Belfius et le Comité Olympique et Interfédéral Belge (COIB).

Le premier relais de ce parcours de 201 kilomètres a eu lieu devant le Manneken Pis, qui a récemment été revêtu de la tenue de la délégation belge à Rio.

La flamme s'arrêtera en soirée à Audenarde, avant de reprendre sa route vers la Rio House vendredi. Lors de son arrivée à Ostende, elle marquera le lancement officiel du village des fans de l'équipe olympique belge.