Après Charleroi, le gouvernement renforce les mesures de sécurité

A l’issue d’une réunion du Conseil national de sécurité - au lendemain de l’attaque à la machette des deux policières à Charleroi -, le Premier ministre Charles Michel (photo) a annoncé ce dimanche midi que son gouvernement fédéral prend des mesures de sécurité accrues. Le parquet fédéral a ouvert une enquête pour déterminer si l’assaillant, abattu, a fait une tentative d’assassinat terroriste.

Au lendemain de l’attaque à la machette, à Charleroi, de deux policières par un homme qui n’est apparemment pas connu des services de renseignement et qui a crié "Allahou Akbar" avant d’être abattu par une troisième policière, les mesures de sécurité autour des commissariats de police seront renforcées dans le pays. C’est ce qu’a annoncé le Premier ministre Charles Michel (MR) - rentré d’urgence de vacances ce dimanche matin -, à l’issue d’une réunion des services de sécurité.

Le niveau de menace pour les commissariats passe ainsi de 2 à 2+, ce qui veut dire que certaines mesures sont prises pour accroître la sécurité des agents de police (comme par exemple le port d'une arme et d'un gilet pare-balles en permanence). Le gouvernement fédéral se concertera à ce sujet avec les syndicats de police. Pour des raisons de sécurité, Charles Michel n’a pas voulu donner davantage de détails sur les mesures qui seront prises.

Pour l’ensemble du pays, le niveau d’alerte est par contre maintenu à 3, précisait encore le Premier ministre lors d’une conférence de presse. "Nous avons demandé à l'Organe de coordination pour l’analyse de la menace d'actualiser ses évaluations. Le niveau d'alerte 3 a été maintenu".

"Garder la tête froide"

"Nous gardons la tête froide et restons alertes. Nous sommes confrontés à une nouvelle situation ces derniers mois en Europe. Et ce n'est pas qu'une situation belge, mais bien européenne. La police locale de Charleroi a fait ce qu'il fallait, et a sans doute évité de cette manière une tragédie qui aurait pu être encore plus grande."

"Le gouvernement est à côté des policiers et s'inscrit dans un dialogue permanent que nous souhaitons maintenir de la façon la plus qualitative possible. (...) Nous saluons le courage de ces policières. Et nous suivrons l'évolution de la situation, heure par heure, jour par jour. Je le répète, le risque zéro n'existe pas.", explique Charles Michel dans des propos transcrits par la RTBF.

Quant au fait que cette attaque ait visé une autre ville que la capitale, le Premier ministre indique que les mesures étaient largement appliquées à l'ensemble du pays : "Nous avons d'emblée considéré qu'il ne fallait pas se limiter à Bruxelles, nous avons déployé des militaires au-delà de Bruxelles".

Le Premier ministre Michel a également précisé que le parquet fédéral a ouvert une enquête pour "tentative d’assassinat terroriste". L’identité de l’assaillant n’était pas encore connue ce dimanche matin.