Greg Van Avermaet offre l’or olympique à la Belgique

Samedi, à l’épreuve de cyclisme sur route au premier jour des Jeux Olympiques de Rio de Janeiro, le coureur de 31 ans de Lokeren a devancé à l’arrivée de près de 240 km de course, à Copacabana, le Danois Jakob Fuglsang et le Polonais Rafal Majka. Greg Van Avermaet reporte ainsi la première médaille olympique pour la Belgique, et qui plus est l’or.
2016 Tim de Waele

Le Flandrien de 31 ans - qui avait avoué avant le départ qu’il serait déçu s’il ne remportait pas une médaille - a réalisé samedi une course très solide et s'est montré le plus rapide au terme des près de 240 km de course - dont le départ et l'arrivée étaient fixés à Copacabana. A l’arrivée, il a devancé le Danois Jakob Fuglsang. Le bronze est revenu au Polonais Rafal Majka, qui a terminé à cinq secondes du Belge.

Greg Van Avermaet s'est montré très réactif tout au long du parcours et se portant à l'avant à environ 70 km de l'arrivée. Le groupe de tête comportait quelques noms prestigieux tels que Vincenzo Nibali, Rafal Majka, Geraint Thomas et Sergio Henao. A 20 km de la ligne, Nibali, Majka et Henao ont pris la clef des champs.

2016 Tim de Waele

Les trois hommes semblaient devoir se partager les médailles mais une chute dans la dernière descente en a décidé autrement. Nibali et Henao ainsi éliminés, Majka est parti seul à la pêche à la médaille d'or. Derrière le Polonais, Van Avermaet et Fuglsang ont faussé compagnie au reste des poursuivants, ont dévalé vers Majka et l'ont effectivement rattrapé dans les derniers kilomètres. Le sprint semblait dès lors promis au Lokerenois de 31 ans. Fuglsang a pris la médaille d'argent, Majka le bronze.

Les quatre autres Belges qui participaient à la course sur route n'ont joué aucun rôle significatif. Serge Pauwels a fini 22e à plus de six minutes de Van Avermaet, Philippe Gilbert 42e à 13 minutes, Tim Wellens (hors-temps) et Laurens De Plus n'ont pas atteint la ligne.

Van Avermaet assure ainsi une première médaille à Belgique lors de la première journée des Jeux Olympiques. Il succède au palmarès au Kazach Alexandre Vinokourov.

2016 Tim de Waele

"Champion olympique, c’est pour la vie"

"Avant la course, je ne me donnais que 5% de chance parce que je pensais que ce parcours était au-dessus de mes capacités", a indiqué van Avermaet. "Je sais que je ne sais pas grimper comme d'autres, comme Nibali ou Valverde. Pour gagner, il fallait que tout se mette parfaitement au bon moment, et c'est ce qui a eu lieu aujourd'hui. Je n'étais sans doute pas le plus fort dans la course, mais c'est ça qui est beau dans le cyclisme".

Van Avermaet a en quelque sorte profité, en fin de parcours, d'une chute de Nibali et Henao, qui étaient en tête. "Tout le monde voulait gagner aujourd'hui. Pour devenir champion olympique, certains sont prêts à dépasser les limites. mais tu risques alors de prendre trop de vitesse et de rater un virage. J'ai moi-même pris un peu de risque, mais pas trop. Si tu tombes et te retrouves au sol, ta course est finie".

2016 Tim de Waele

La sensation de se retrouver sur un podium olympique avec la médaille d'or autour du cou, est "très spéciale", indique le Belge. "C'est quelque chose d'irréel. Dans une carrière, on n'a que deux ou trois fois l'occasion de devenir champion olympique, ce qui montre bien comme c'est difficile à atteindre. Être sur le podium, à Copacabana, c'est fantastique. Être champion olympique, c'est pour la vie. Ce ne sera jamais meilleur que ceci, c'est le plus beau moment de ma carrière".

Le père de Greg Van Avermaet avait également pris part à la course sur route, en 1980 à Moscou. "Pour un coureur, cela ne va pas de soi d'être sélectionné, parce que ça veut dire que tu fais partie des 5 meilleurs du pays, et c'est spécial. Pour mon père, sa sélection olympique était le point culminant de sa carrière. Il s'est même marié dans son costume olympique", rigole Van Avermaet.

2016 Tim de Waele
2016 Tim de Waele