Six bureaux de police sur 7 fermés au public à Bruges

Trois jours après l’attaque à la machette perpétrée sur deux policières à Charleroi, grièvement blessées, seul un bureau de police sur sept dans la ville de Bruges et ses environs, en Flandre occidentale, est ouvert aux visiteurs. Une conséquence directe du dramatique incident. La ville d’Anvers décidait également, lundi soir, d’accroître les mesures de sécurité envers ses policiers.

Les agents de service sont bien présents ce mardi dans les bureaux de police fermés à Bruges et environs, mais les citoyens ne peuvent s’y présenter à l’accueil pour y faire une déposition. Les bureaux fermés sont ceux du centre de Bruges, mais aussi de Sint-Kruis, Zeebrugge, Assebroek, Sint-Andries et Sint-Michiels. Le commissariat de police au Lodewijk Coiseaukaai est le seul qui garde actuellement ses portes ouvertes à la population.

Le porte-parole de la police brugeoise, Philippe Tankrey, confirme que les bureaux sont fermés. Le chef de corps ne veut réagir qu’après une concertation avec le ministre de l’Intérieur, Jan Jambon (N-VA). Le cabinet de ce dernier se concertera ce mardi après-midi avec les polices fédérale et locales, ainsi qu’avec le Centre de crise et l’Organe de coordination pour l’analyse de la menace (Ocam). Il s’agit d’évaluer si des mesures supplémentaires sont nécessaires pour assurer la sécurité des agents de police.

La police d’Anvers décidait déjà lundi soir que tous ses agents qui sont en contact direct avec la population devront porter en permanence leur arme de service. A la police de Ninove (Flandre orientale), tous les visiteurs doivent s’annoncer via intercom, indique le quotidien De Morgen.

A la police Limbourg Région Capitale, les visiteurs doivent d’abord sonner puis s’enregistrer. Les contrôles ont en outre été intensifiés.

A Gand (Flandre orientale) également, quatre des onze bureaux de police ont été fermés aux visiteurs, pour des raisons de sécurité. Certainement jusqu'au 12 août. Il s'agit des plus petits bureaux de Oostakker, Drongen, Ledeberg et Wondelgem. 

Charleroi : hommage aux policières victimes

Plus de 250 policiers se sont rassemblés ce mardi matin au pied de la tour de police de Charleroi (photo), pour un hommage à leurs collègues victimes, samedi, d'une agression à la machette.

L'initiative a été prise de rassembler ces policiers, venus de la zone de police de Charleroi, mais aussi de plusieurs zones voisines telles que Germinalt, Brunau, Flowal, Anderlues-Binche, et Mons-Quevy, au lendemain de la visite d'une délégation des zones de police de Bruxelles, venues apporter leur soutien à leurs collègues carolorégiens.

Ils se sont réunis au pied de l'hôtel de police, sur l'esplanade où a été commise l'agression samedi, quand deux policières de l'accueil ont été frappées à coups de machette, avant que l'agresseur soit abattu par une troisième policière. Des policiers arboraient ce mardi des affichettes sur lesquelles on pouvait lire "Nous ne sommes pas des cibles" ou "Je suis Charleroi 06.08.2016".

Une minute de silence a été observée, en hommage aux trois policières, en présence du Procureur du roi de Charleroi, Pierre Magnien, et du commissaire en chef de la zone, Philippe Stratsaert.

Les plus consultés