"Les touristes belges en Thaïlande sont sains et saufs"

Alors que le ministère des Affaires étrangères n'avait reçu ce vendredi matin aucune information concernant la présence de victimes belges dans les explosions en série de bombes qui se sont produites jeudi et vendredi en Thaïlande, les tour-opérateurs Jetairfly et Thomas Cook annoncent que leurs clients belges sur place n’ont pas été touchés et poursuivent leur voyage.

Au moins quatre personnes ont été tuées dans les explosions en série de bombes jeudi et vendredi en Thaïlande, notamment dans la station balnéaire touristique de Hua Hin (au sud de la capitale Bangkok) et celle de Phuket, prisée par les vacanciers étrangers, mais aussi à Trang et Surat Thani (sud du pays). Il y aurait également au moins 35 blessés, dont plusieurs Britanniques, Allemands, Italiens et Néerlandais, annonçait la police ce vendredi matin.

Le ministère belge des Affaires étrangères a annoncé vendredi matin n'avoir reçu aucune information concernant la présence de victimes belges dans les explosions en série de bombes en Thaïlande. "A ce stade, nous n'avons connaissance d'aucune victime belge. Mais nous continuons à suivre la situation de près", a indiqué le porte-parole José de Pierpont.

Au total, onze bombes ont explosé à travers cinq provinces du sud de la Thaïlande. La station de Hua Hin est la plus touchée, avec un double attentat jeudi soir ayant fait un mort et 21 blessés, dont des touristes étrangers.

Avis de voyage adapté

Sur son site internet diplomatie.belgium.be, le ministère des Affaires Etrangères a cependant remis à jour ce 12 août ses conseils aux Belges qui se trouvent ou devraient se rendre en Thaïlande. Voici ce qu’il indique.

"Plusieurs attentats à la bombe se sont produits les 11 et 12 août à plusieurs endroits en Thaïlande. Il est recommandé aux Belges qui se trouvent sur place de faire preuve de la plus grande vigilance et de se tenir bien informés de l'évolution de la situation. Il leur est également recommandé de suivre scrupuleusement les consignes données par les autorités locales.

Il est demandé aux Belges qui se trouveraient à proximité d'un lieu touché par une attaque de contacter leurs proches en Belgique, afin de les informer de leur situation.

Afin de nous permettre d’organiser au mieux l’assistance consulaire, nous vous conseillons d’enregistrer vos coordonnées de voyage via le site web suivant : www.travellersonline.diplomatie.be.

La situation politique en Thaïlande demeure relativement imprévisible et volatile. Depuis le coup d’état du 22 mai 2014, la Thaïlande est de facto gouvernée par l’armée. Sur base de l’article 44 de la constitution intérimaire, le Premier ministre dispose de larges compétences afin de maintenir l’ordre public et de restreindre la liberté d’expression et d’association. Critiquer le coup d’état, la maison royale ou le gouvernement est passible de poursuites.

En cas de crise l’Ambassade utilise le compte Twitter “BEinThailand”.

Les tour-opérateurs se veulent rassurants

"Nous sommes en contact avec nos clients en Thaïlande via les agences de voyages locales. Tous sont sains et saufs et peuvent poursuivre leur voyage", a indiqué ce vendredi la porte-parole du tour-opérateur Jetairfly, Florence Bruyère.

Cinq touristes belges ayant fait appel aux services de Jetairfly se trouvent en ce moment dans la région de Huan Hin et 37 autres dans les environs de Phuket, deux stations balnéaires qui ont été touchées dans les dernières 24 heures par une série d'explosions. "Nous suivons bien sûr la situation de près", affirme Florence Bruyère. "Pour l'instant, il n'y a pas de raison d'écourter les vacances des touristes".

Les six clients de Thomas Cook logés au Sheraton de Hua Hin ont également été épargnés par les explosions. "Le seul problème pour eux, c'est qu'ils doivent rester dans leur hôtel", a commenté le tour-opérateur. "A l'heure actuelle, nous ignorons le temps que ça prendra, mais nous maintenons le contact via nos agences locales".

Thomas Cook organise également le voyage de 105 autres touristes belges à Phuket. "L'un d'entre eux nous a fait savoir de lui-même qu'il était sain et sauf. Nous tentons actuellement de joindre les autres pour voir ce qu'il en est".