John Crombez critique la politique du gouvernement en matière de sécurité

Le président du SP.A John Crombez a vivement critiqué la manière dont la gouvernement fédéral aborde la question de la sécurité. "Les mesures nécessaires ne sont pas prises" a-t-il déclaré ce lundi à la VRT.

Les socialistes flamands ont décidé d’être plus fermes en matière de sécurité et de prendre une attitude plus tranchée en matière d’asile et d’immigration. "Nous nous sommes tus trop longtemps" a déclaré John Crombez.

Le bourgmestre de Vilvorde, Hans Bonte avait lâché la première salve contre le gouvernement fédéral, il y a quelques jours. "La politique de sécurité présente de grands manquements. Dans la capitale, la fragmentation des zones de police constitue une grave erreur et la gestion du terrorisme par l’OCAM manque d’efficacité," avait-il déclaré.

Le président du SP.A John Crombez franchi à présent une étape supplémentaire contre le politique menée par le gouvernement Michel.

"La mise en place d’une expertise par les services de sécurité reste un problème et le gouvernement ne réagit pas. On ignore toujours qui sont les djihadistes qui sont revenus de Syrie et quels sont ceux qui sont surveillés".

Selon John Crombez, "les partis de la majorité et ceux de l’opposition devraient collaborer afin de présenter des propositions".

Il pense à une zone de police unique pour la région de Bruxelles-capitale et à des budgets supplémentaires pour les services de sécurité. Il pense aussi à l’instauration d’un délai de 48 heures de détention préventive avant la délivrance d’un mandat d’arrêt et à une amélioration de la banque de données centrale pour combattre le terrorisme.

"Après la attentats, une commission contre le terrorisme a été mise sur pied, où tout allait être décidé. Mais rien ne s'est produit. Un exemple: il y a une banque de données pour la lutte contre le terrorisme mais elle ne fonctionne toujours pas comme elle le devrait. C'est comme si vous poursuiviez une voiture de course avec une trottinette".

Pour John Crombez, 200 millions d'euros sont nécessaires. Une somme importante en ces temps budgétaires difficiles mais c'est une question de choix, souligne-t-il encore.