Bruges aussi ressent les effets des attentats

Les gérants des canots qui naviguent sur les canaux brugeois et des calèches qui roulent dans le centre-ville de la Venise du Nord ont fait face, au premier semestre de cette année, à une baisse du nombre de touristes de 20 à 25%. C’est ce qu’indique ce vendredi la ville de Bruges. Ces deux activités touristiques représentent un bon indicateur de la santé économique du secteur.

Durant les six premiers mois de l'année, 400.280 touristes ont embarqué sur l'un des canots brugeois, ce qui constitue une baisse de 22,25% par rapport aux 514.787 personnes qui en avaient fait de même au premier semestre 2015.

En juillet, cette baisse de fréquentation s'est toutefois limitée à 9,74%, avec 137.036 passagers transportés. Un chiffre davantage en ligne avec ceux enregistrés en 2002 ou 2012 par exemple. Les calèches de Bruges sont également moins prisées, connaissant une baisse de popularité moyenne de 25%.

BELGA/LALMAND

"Les chiffres des canots sur base annuelle sont un bon baromètre pour mesurer l'économie touristique à Bruges, surtout dans le centre-ville", commentait Hilde Decleer (CD&V), échevine pour l'Economie locale. "Etant donné que de nombreux touristes font un tour en canot, nous savons qu'en cas de baisse du nombre de personnes transportées, le chiffre d'affaires des hôtels, dans l'Horeca et dans les magasins s'en ressentira. Une chute du chiffre d'affaires d'un cinquième est importante car ce pourcentage est nécessaire pour enregistrer des bénéfices. Des entrepreneurs établis depuis longtemps disposent d'une réserve pour y faire face, mais ce n'est pas le cas de ceux qui viennent de lancer leur entreprise."

Ce phénomène est, selon la Ville de Bruges, la conséquence des attentats du 22 mars à Zaventem et Bruxelles et de la menace terroriste plus élevée en Belgique. Le secteur hôtelier avait déjà fait part de chiffres comparables.

© Susan Pease / DanitaDelimont - www.belgaimage.be