Taekwondo : pas de médaille pour Achab ni Asemani

Les deux espoirs de médaille belge en taekwondo, Jaouad Achab (photo) en -68 kg et Raheleh Asemani en -57 kg, ne sont pas parvenus à se hisser sur le podium olympique à Rio de Janeiro alors qu’ils espéraient encore, jeudi en fin de soirée, pouvoir décrocher le bronze. Les deux Belges d’origine marocaine et iranienne ont été battus, respectivement, par le Sud-Coréen Lee Daehoon et l’Egyptienne Hedaya Wahba.

Le champion du monde Jaouad Achab n'est finalement pas parvenu à se hisser sur le podium du tournoi de taekwondo en -68kg aux Jeux Olympiques. Le taekwondoïste belge de 23 ans, numéro 1 au ranking olympique, s'est incliné 11-7 face au Sud-Coréen Lee Daehoon (photo), numéro 2 mondial et numéro 2 au ranking olympique, dans le combat pour la médaille de bronze.

Plus tôt dans la soirée, Achab s'était incliné 6 à 1 face au Russe Alexey Denisenko, 22 ans, quatrième au ranking olympique, en demi-finales (photo). Le Russe s'était déjà offert le scalp en quarts de finale du champion olympique en titre, le Turc Servet Tazegul (5e au ranking olympique).

2016 Getty Images

Jaouad Achab avait pourtant gagné en quarts de finale contre le Polonais Karol Kobak, 18 ans, 17e au ranking olympique, par 9 à 7. Et dans l’après-midi, le Belge d’origine marocaine avait battu Maxemillion Kassman, 18 ans, (WTF 2.586), de la Papouasie Nouvelle Guinée, par 15 à 1 pour son premier combat au stade des 8es de finale.

Jaouad Achab est champion du monde et double champion d'Europe dans la catégorie des moins de 63 kg (où il est numéro 1 mondial). A Rio, il combattait cependant dans la catégorie des moins de 68 kg. Il n'y a en effet que quatre catégories de poids aux Jeux, contre les huit habituelles.

"Ici, on n’a pas le droit à l’erreur"

Arrivé à Rio avec un statut de favori, Jaouad Achab quitte les JO sans médaille dans ses valises. Dans son combat final face au Sud-Coréen Lee Daehoon, Achab a mené 3-0 dans le 1er des 3 rounds de 2 minutes. ll menait encore 5-4 dans le dernier round, mais Lee Daehoon a alors marqué deux fois trois points, avant de l'emporter 11-7.

"C'est un des plus forts, il est vice-champion olympique et vice-champion du monde", déclarait Achab à propos de son adversaire. "Mais j'aurais pu le battre. A la fin, je menais 5-4 mais j'ai fait une petite erreur. J'ai voulu attaquer, mais j'ai perdu l'équilibre. Ce n'était pas un bon choix, et j'ai reçu un coup à la tête".

Même s'il n'a pas atteint son objectif (une médaille), Achab retire du positif de son expérience olympique. "J'ai tout donné dans chaque match. Je n'ai pas de regrets. J'étais venu pour la médaille d'or, mais si je pouvais recommencer cette journée, je ferais la même chose".

Raheleh Asemani échoue au pied du podium

La jeune Belge d’origine iranienne (photo) n’est pas parvenue non plus à décrocher une médaille en -57 kg en taekwondo à Rio. La taekwondoïste de 27 ans a été battue au golden point par l'Egyptienne Hedaya Wahba dans le combat pour la médaille de bronze (photo ci-dessous). Le score était de 0-0 après les 3 rounds.

Battue 7-2 par la Britannique Jade Jones, numéro 1 mondiale et championne olympique en titre, en quarts de finale, Raheleh Asemani avait gagné le droit de se battre pour le bronze en dominant 12-0 la Marocaine Naima Bakkal en repêchages.

Raheleh Asemani faisait partie de l'équipe des réfugiés soutenue par le Comité international olympique, et avait obtenu la nationalité belge juste avant les Jeux de Rio pour lesquels elle s'était qualifiée. Son rêve était d'offrir une médaille à la Belgique.

"C'est dommage. Il n'y a rien à faire", déclarait la taekwondoïste à l’issue de son dernier combat. "Je perds au golden point. J'étais si proche, mais je passe à côté de la médaille". Le score était toujours de 0-0 après les 3 rounds de 2 minutes. Il a donc fallu disputer deux minutes supplémentaires, et après 27 secondes, Wahba a marqué le point en or qui lui offre le bronze. Asemani a tenté de marquer, mais elle a été contrée par son adversaire.

"J'ai pris un risque car je voulais prendre un point, mais j'ai fait une erreur", expliquait Asemani, qui affrontait Wahba pour la 3e fois. "Nous nous connaissons bien".

2016 Getty Images