Déjà 6.000 signalements de fraude sociale

Moins d’un an après le lancement du point de contact pour la fraude sociale, près de 6.000 signalements ont déjà été enregistrés. L’information, rapportée ce lundi par le quotidien Gazet van Antwerpen, a été confirmée à la VRT par le Secrétaire d’Etat à la Lutte contre la fraude sociale, Philippe De Backer (photo). Ce dernier veut ouvrir le point de contact aux centres publics d’aide sociale (CPAS) et aux administrations communales.

En octobre 2015, le Secrétaire d’Etat pour la Lutte contre la fraude de l’époque, Bart Tommelein (Open VLD), créait un point de contact pour le signalement de cas de fraude sociale. Son successeur Philippe De Backer, constate onze mois plus tard que près de 6.000 signalements ont déjà été effectués.

Les principaux signalements concernent le travail au noir et la fraude au domicile. Le secrétaire d'Etat estime que le point de contact est un succès. Selon lui, de plus en plus de personnes en ont assez de la fraude sociale. "Nous sommes dans une période d'économies. Les gens sont prêts à y contribuer, mais ne tolèrent plus que les autres se jouent des règles."

Sur les 5.990 signalements recueillis, deux tiers se sont avérés fondés et ont donc fait l'objet d'une enquête approfondie. Le Secrétaire d'Etat souhaite à présent que les administrations communales et les CPAS puissent également utiliser ce point de contact.

"Ils sont souvent confrontés à de la fraude sociale, mais ils ne savent pas vraiment où ils peuvent signaler ces cas. Nous voulons réunir les centres publics d’aide sociale et les administrations de petites communes, afin qu’ils puissent lutter ensemble contre la fraude sociale", précisait Philippe De Backer.