Le gouvernement reprend la négociation du budget 2017

La réunion de rentrée du comité ministériel restreint de ce jeudi doit permet un premier état des lieux budgétaire entre chefs de file gouvernementaux, après les travaux des experts, les inter-cabinets et premières réunions bilatérales des dernières semaines. Revenir à un équilibre budgétaire en 2018 semble de moins en moins un but en soi pour les ministres, face à l’effort considérable à fournir.

Des voix se font de plus en plus régulièrement entendre au sein du gouvernement fédéral en faveur d'un report de l'échéance du retour à l'équilibre budgétaire prévu en 2018. Les ministres se sont montrés prudents à cet égard lors de leur arrivée au cabinet du Premier ministre, soulignant que la priorité du moment était de s'attaquer aux exercices 2016 et 2017.

Le vice-Premier ministre et ministre de l’Economie, Kris Peeters (CD&V, photo), s'est quand même permis d'insister sur le fait que le retour à l'équilibre en 2018 nécessiterait un effort de 6,6 milliards d'euros d'ici là. "C’est un montant incroyablement élevé", déclarait le ministre responsable aussi de l’Emploi et de la protection des Consommateurs.

"A l'entame d'un conclave budgétaire, il ne faut pas venir avec des tabous", a pour sa part indiqué la ministre du Budget Sophie Wilmès (MR, photo principale), rappelant que l'objectif du retour à l'équilibre en 2018 figurait dans l'accord de gouvernement et qu'une évolution de cet objectif devrait donc le cas échéant être portée par l'ensemble de l'équipe.

Sophie Wilmès a également averti qu'un lissage de la trajectoire avec un nouvel objectif n'exonérerait pas le gouvernement de réaliser des efforts en dépenses et en recettes. "Ce n'est pas une solution miracle", a-t-elle dit. Ce lissage a été étudié parmi plusieurs hypothèses par le conseil supérieur des Finances.

Le vice-Premier ministre et ministre de la Coopération au développement Alexander De Croo (Open VLD, photo) déclarait pour sa part que "l’accord de gouvernement prévoit pour l’instant que nous retrouvions l’équilibre budgétaire en 2018. Mais examinons tout de même ce qui a du sens du point de vue économique, et veillons à ne pas briser la croissance économique".

Le comité restreint devait définir jeudi sa méthode de travail pour les prochaines semaines. Le gouvernement avancera essentiellement sur trois grands chantiers: l'exercice budgétaire à proprement parler, la réforme de l'impôt des sociétés proposée par le ministre des Finances Johan Van Overtveldt (N-VA) et la réforme du marché du travail portée par le ministre de l'Emploi Kris Peeters.

Niveau de la menace inchangé

Le conseil des ministres de rentrée aura lieu vendredi. Le gouvernement devrait également discuter de la situation du personnel militaire dans les rues. Les syndicats militaires se sont en effet plaints récemment de cette situation, qui perdure.

"Rien ne change concernant le niveau de la menace", a indiqué ce jeudi le ministre de l'Intérieur Jan Jambon. Une réunion du conseil national de sécurité était également prévue au cabinet du Premier ministre Charles Michel. Le niveau de la menace est évalué à 3, sur une échelle de 4, pour les grands rassemblements.