Le foot provincial flamand gangrené par les rémunérations au noir

Un club amateur de foot sur trois admet que la majorité des rémunérations des joueurs s’effectue au noir. C’est ce qui ressort d’une enquête réalisée par l’Université catholique de Leuven (KUL) auprès de 1.200 clubs de football néerlandophones, et dont les résultats sont relayés ce samedi par le quotidien Het Belang Van Limburg. Les sommes non déclarées peuvent aller jusqu’à 2.000 euros par mois.

Il y a quelques années, l’émission d’enquête Panorama (VRT), avait révélé l’importance du phénomène, ce qui avait mené les autorités à agir. Malgré les mesures prises, il semble toutefois que ce circuit officieux n’a pas encore pu être correctement taclé.

L’étude, menée en collaboration avec PXL Hasselt, révèle en effet que la part d’argent noir utilisé au sein des clubs de foot provinciaux est globalement en diminution, mais que les clubs gagnent en inventivité pour trouver de nouveaux moyens d’éluder l’impôt.

Bons d’achat, cadeaux, avantages en nature, véhicules de fonction, voire installation de cuisines ou rénovation d’habituations sont ainsi utilisés pour rétribuer les joueurs.

La gestion d’un club amateur de football coûte entre 50.000 et 300.000 euros. Les revenus générés par les spectateurs, la cantine ou les sponsors locaux se révèlent souvent insuffisants. D’autant que les meilleurs joueurs sont parfois payés 2.000 euros par mois, en enveloppe fermée.