Geert Bourgeois déplore les divisions de la N-VA sur le burkini

Le ministre-président flamand Geert-Bourgeois (N-VA) appelle les membres de son parti à ne pas aller au clash, après plusieurs semaines de débat sur le burkini en Flandre. Mais il réfute que son parti soit devenu celui des disputes ouvertes. "En comparaison avec la Volksunie, la N-VA est un club d'amis", a-t-il affirmé mardi sur Radio 1 (VRT).

La N-VA a estimé lundi, en conseil de parti, qu'une mesure générale d'interdiction du burkini sur la place publique était trop poussée et de toute manière irréalisable sur le plan juridique.

Nadia Sminate, présidente de la Commission du Parlement flamand sur le radicalisme et bourgmestre de Londerzeel, avait récemment déclaré vouloir interdire le burkini non seulement dans les piscines mais aussi à la Côte flamande. Sa proposition avait provoqué de nombreuses réactions au sein de la N-VA.

Au terme du bureau du parti, le président de la N-VA a mis les choses au clair lundi : "D’un point de vue juridique, une interdiction générale n’est pas applicable et nous ne la défendons d’ailleurs pas". Bart De Wever a toutefois souligné que son parti soutenait toujours l’interdiction en vigueur dans la plupart des piscines publiques.

"Comparé à la Volksunie, la N-VA est un club d'amis"

Le ministre-président flamand Geert Bourgeois (N-VA) a regretté que les membres de son parti aient exprimé des avis divergents dans les médias au cours des dernières semaines.

Le débat sur ce sujet aurait dû se dérouler en interne au préalable, selon lui. "Il faut éviter de se prendre le bec ouvertement, ce n’est pas le style de la N-VA", a-t-il affirmé.

La vice-présidente flamande Liesbeth Homans avait déjà regretté ces différends dans une interview estivale et avait comparé la N-VA à l'Open Vld, pour ses contradictions, des propos que Geert Bourgeois a jugé "exagérés" .